what are you looking for ?
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
SO ! What's next my old friend ? → SEVERUS.



Partagez | 
 

 SO ! What's next my old friend ? → SEVERUS.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

C. Siejena Sparrow
HEARTLESSTempus edax rerum, tacitisque senescimus annis.

♣ Credit : WHITE RABBIT - COULDNTFINDANAME - UREMY1.
♣ Parchemins Enregistrés : 26
♣ Where are you ? : ♕ HOGWARTS.
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : ♕ SECTUMSEMPRA - GOUTTE DU MORT VIVANT.
♣ Character Age : ♕ 39 ANS.


« BEHIND THE MASK »
● Profession: ♕ TEACHER ().
● Appartenance: – Myself
● Carnet Relationnel:

MessageSujet: SO ! What's next my old friend ? → SEVERUS.   Ven 13 Aoû - 18:51

A good fight is never clean.



    Rien n’était plus étrange qu’une école telle que Hogwarts la nuit. Car même s’il subsistait des adolescents en mal d’aventure, la nuit avait des tendances à endormir le château. Telle une soudaine éclipse, Hogwarts était plongé dans un lourd silence seulement entrecoupé par les animaux nocturnes. Et personne d’autre n’osait le briser d’habitude. Cette nuit, ce fut différent, une âme hardie et tâchée de sang vint faire claquer ses escarpins sur les dalles glacées. Siejena était fière de ses escarpins. Elle en possédait une grande collection mais ceux là étaient sa préférence. D’un blanc éclatant, enroulés entièrement de dentelle rouge, cela avait tendance à éclater les pupilles. Un bijou claquant avec classe, aussi bruyant que les trompettes du jugement dernier. Et ça, Siejena en avait parfaitement conscience, c’était pour cette raison précise qu’elle les avait acheté, ils résonnaient dans les dédales et inspirait une peur irrationnelle à l’image de leur propriétaire. Si à cet instant précis vous n’aviez pas été réveillé par ses chaussures cela aurait été sa voix qui vous aurait fait cet effet. Car en pleine nuit, la voix de Siejena Sparrow, semblable à celle de Billie Holiday, Nina Simone ou Ella Fitzgerald n’avait pas d’écho. Quelques notes de « Feeling Good » en pleine nuit, rien de moins inapproprié.

    Alors qu’on pouvait presque entendre les claquements de doigts et d’autres trompettes moins sinistres que celles de chaussures de la professeur de sortilèges, celle-ci rompit soudainement le charme en s’arrêtant devant une gargouille qui la fixait sans s’arrêter. Sa voix impérieuse s’éleva en prononçant un « sectumsempra » à la limite de la jubilation. Alors qu’elle ne ressentait strictement rien. La statue lui céda le passage et cette fois ci elle ne put pas en dire autant, quelque chose s’était formé dans les tripes intrépides de l’ex tueuse à gages. Un nœud qu’elle répugnait de sentir se former. Et elle savait très bien pourquoi. Même si elle le déniait d’une force légendaire et qu’elle en était agacée. Elle montait dans l’antre de Severus Snape, Severus Snape ex directeur des Slytherin acariatre, Severus Snape mythique maître des Potions, Severus Snape actuel directeur de la plus grande école de magie de tous les temps. Severus Snape le seul homme qu’elle n’avait pas pu tué. Parmi les centaines, les milliers de noms qui avait jonché les parchemins scellés appelés aussi contrats. Un seul nom qui avait détruit ses principes, ses croyances.

    C’était fou ce genre de petit détail qui peuvent vous foutre en l’air. Mais Siejena était aussi peu voir pas du tout équilibrée, ce qui faisait qu’à cet instant elle se contentait de siffler la même chanson chantée à l’instant, et le claquement de ses talons étaient accordés de manière incroyable à ce qui sortait de sa bouche. Ca se rapprochait, ca grouillait. C’était ça Siejena dans toute sa splendeur. La terreur de la manière la plus pure qui soit, et certains hommes n’avaient entendus que cette musique avant de mourir. « Feeling Good », oui. Parce que Siejena aimait l’ironie des choses, elle aimait les paradoxes, elle aimait ce qui tuer à petit feu et elle aimait l’anarchie. Parce que Siejena, bien qu’insensible demeurait une femme qui connaissait une des multiples formes du plaisir. Et il était on ne peut plus malsain parce qu’il fallait que quelqu’un en souffre ou que quelqu’un soit complètement brisé pour qu’elle le ‘ressente’. En cet instant précis, c’était plutôt un esprit de vengeresse qui l’habitait.

    Elle allait prendre de la manière la plus indécente qui soit le contrôle sur l’homme déshumanisé qui se trouvait dans la pièce dans laquelle elle allait rentrer. Mais comme Siejena avait été formidablement bien été éduquée, elle allait rester polie. Parce qu’elle l’avait toujours été, même quand elle allait arracher un cœur ou torturer quelqu’un. Deux concepts qui se rejoignaient étrangement. Elle était toujours demeurée respectueuse même si son ton suait de sarcasmes et de cynisme. Ca, ça peut aussi aller ensemble. Par conséquent, même si elle désirait défoncer la porte, plus que tout, elle préféra continuer à siffler tout en frappant à la porte. Parce que tout vient à point à qui sait attendre, même si Siejena avait toujours préféré les steaks tartare ou la cuisson saignante. On a pas toujours ce qu’on veut n’est-ce pas ? Voyons, vous ne savez pas à qui vous vous adressez. Il fut un temps où elle était surnommée Heartless tout de même !

    On se demande pourquoi.

CRÉDIT : BABY_GONE, NOTAWESICONS, BLOOMY_ICONS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomsdayclocks.tumblr.com/
avatar

Severus Snape


♣ Credit : Doomsday ; Madamtorsion : Bloomyicons
♣ Parchemins Enregistrés : 17
♣ Where are you ? : hogwarts
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : sectumsempra ; veritaserum
♣ Character Age : -


« BEHIND THE MASK »
● Profession: Hogwarts' Headmaster
● Appartenance: – No idea...
● Carnet Relationnel:

MessageSujet: Re: SO ! What's next my old friend ? → SEVERUS.   Ven 20 Aoû - 19:34

Spoiler:
 

La porte s’était lentement ouverte, dévoilant l’identité de la personne qui avait frappé trois coups. Siejena Sparrow. Snape leva les yeux et son regard se fit peut-être trop insistant en cet instant. Il fixait toujours les gens jusqu'à déranger mais là, c’était différent, c’était comme si il cherchait un détail, quelque chose qui lui aurait échapper, un détail ne s’accordant pas avec le reste. Cette étrange inspection muette ne dura que l’espace de quelques secondes, cinq tout au plus mais ceci lui avait suffit pour regretter d’avoir convoqué la jeune femme.

« Sparrow. » Un nom, un murmure glacé. Il n’utilisait jamais le prénom des personnes, et ceci encore moins avec les enseignants. Il haïssait ça… utiliser le prénom de quelqu’un, c’était comme admettre une certaine relation, une familiarité qu’il ne pouvait pas accepter. Alors il s’était contenté du nom, rendant tout cela le plus impersonnel possible. Et une fois encore, parce que la politesse avait du être exclue de son éducation, il prononça un vague bonsoir à peine audible.

En aucune façon les gens parviennent à le perturber. Ca n’a jamais marcher. Il ne fait pas attention aux autres, il s’en fout, c’est comme ça. Alors, quand quelqu’un arrive à ébranler son monde, il le repousse encore plus et c’est ce qui était arrivé ce jour là, lorsque Siejena Sparrow s’était présentée, lorsqu’elle avait voulu obtenir ce poste de professeur de sortilège. D’ordinaire, il ne faisait même pas attention à la dite personne, la plupart ayant été imposée par Voldemort lui-même, les autres n’étaient que des adeptes. Et là. Il ne savait pas pourquoi elle avait retenu son attention, elle, plus qu’une autre. Peut-être que le bruit des talons claquant impérieusement sur les dalles, ou ce regard particulièrement glacial. Non, c’était autre chose d’indéfinissable, étrange et effrayant aux yeux du Directeur. D’ailleurs, c’est pour cela qu’il se forçait à maintenir un masque d’impassibilité, ce masque qu’il portait depuis des années n’avait jamais été une difficulté mais à présent, il l’était car Snape ne devait jamais montrer la moindre émotion, le moindre frémissement, c’était là les commandements qu’il s’était donné.

Ne jamais montrer d’intérêt pour quoique ce soit, sinon la chute lui était assurée.

Il rangea les trois parchemins qu’il était en train de lire avant que l’intruse ne se présente. Ils volèrent à l’autre bout de la pièce, se rangeant parfaitement avec les autres, dans un ordre précis car c’était là le problème récurant de Snape. Tout devait être minutieusement rangé, dans un ordre qu’il avait établi. A un tel point que ça en devenait maladif et c’était la une des majeure différences avec l’ancien aspect du bureau. Alors que celui d’Albus ressemblait un capharnaüm d’objets plus inutile et tordus les uns que les autres, à présent, il n’y avait plus que le strict minimum, mais aussi quelques objets, toujours mais surtout de nombreux livres. Quoiqu’il en soit, l’aspect était aussi austère que l’homme qui occupait cette pièce.

Une fois de plus les onyx rencontrèrent la glace alors que Snape daignait enfin prononcer une phrase entière. « Vous n’êtes pas sans savoir que la discipline est essentielle à Poudlard. Et le fait que vous soyez nouvelle ne vous exclue en rien. » Il n’y avait jamais de préambule avec lui et c’était quelque chose de particulièrement agaçant pour ceux qui ne le connaissait pas. « Donc, expliquez moi pourquoi Monsieur Baker, élève de 2ème année, Gryffondor, s’est retrouvé à seulement copier des lignes alors qu’il a failli rendre borgne un élève de Serpentard ? »

Il avait entendu cette histoire à propos d’un Vert et Argent qui avait risqué de perdre un œil par la faute d’un incompétent de Gryffondor en cours de Sortilège. Ceci n’aurait jamais du l’affecter car son accusation n’était fondée que sur une vieille guerre entre Serpentard et Gryffondor, une foutue fierté qu’il gardait malgré les années écoulées. Et avec cette accusation, Severus y avait vu un moyen d’attaquer la nouvelle, de la tester aussi car il supportait difficilement le mystère et il voulait comprendre Sparrow, tout du moins, savoir vers quel camp elle penchait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

C. Siejena Sparrow
HEARTLESSTempus edax rerum, tacitisque senescimus annis.

♣ Credit : WHITE RABBIT - COULDNTFINDANAME - UREMY1.
♣ Parchemins Enregistrés : 26
♣ Where are you ? : ♕ HOGWARTS.
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : ♕ SECTUMSEMPRA - GOUTTE DU MORT VIVANT.
♣ Character Age : ♕ 39 ANS.


« BEHIND THE MASK »
● Profession: ♕ TEACHER ().
● Appartenance: – Myself
● Carnet Relationnel:

MessageSujet: Re: SO ! What's next my old friend ? → SEVERUS.   Sam 21 Aoû - 8:40

    Il était assuré que contrairement à Siejena, la politesse chez le Directeur n’était pas quelque chose qu’il avait appris. Où alors il y a des temps reculés et il l’avait oublié. En effet, le vague bonsoir qu’il prononça était bien moins audible que l’impérieux ‘Sparrow’ qui fit son apparition et qui refroidit encore plus la pièce, si cela était possible. Lorsqu’un frisson léger s’empara sous les yeux de Siejena du Directeur, elle dut admettre que oui. Snape, fidèle à lui-même conservait à grande peine son masque d’impassibilité, et Siejena le sentit bien, sans en connaître la raison, elle cru comprendre qu’il avait du mal à ne pas laisser éclater ‘ses émotions torturées’. Quand à elle, plus les minutes s’écoulaient, et plus elle se décontractait, le nœud se défit lentement et elle redevint la Siejena habituel. Quelques secondes après que Snape eut finit de relater le tragique événement qui s’était déroulé dans sa salle de sortilèges, il semblait que lui, devenait de plus en plus mal à l’aise, et lorsqu’il s’assit inflexible derrière son bureau, il ne fit que la conforter dans cette idée. Pour Siejena, le jeu commençait et les dés étaient jetés. Une phrase sur laquelle elle était tombée un jour, en regardant une série moldue anglaise l’avait marqué, c’était ‘que tapent les tambours’. Depuis ce jour, et pour toujours, lorsqu’elle commençait ce qu’elle surnommait ‘une partie d’échecs’, elle la murmurait à voix si basse qu’elle en était inaudible. C’est ce qu’elle fit.

    On ne pouvait pas vraiment dire que Siejena était une femme belle, mais c’était assurément quand elle s’y mettait une icône de la sensualité et du cynisme, tous deux réunis ne faisant pas forcément une bonne alliance pour les interlocuteurs de la jeune femme, elle avait toujours préféré l’utiliser pour arriver à ses fins. Sauf que ce soir là, sa façon de marcher lentement, de s’allumer une cigarette et enfin, clou du spectacle de s’asseoir en croisant les jambes sur le bureau de Snape avaient des connotations peu orthodoxes. Et contrairement à ce qu’on pouvait penser, Siejena ne calculait pas forcément tout, et son attitude suggestive n’était que la conséquence d’une haine inéludable envers son patron. Quand je vous disais qu’elle n’était pas du tout équilibrée. Par contre, à défaut de remarquer son attitude elle observa bien le visage de Snape qui s’était coloré au niveau des joues.


    « Rougissez pas, ça vous va pas. », murmura t-elle, le sourire sinistre aux lèvres carmin. «] Dooonc. On disait, le moufton Baker qui manqua de tuer et non de rendre borgne un élève de votre maison chouchoute. Pourquoi ais-je décidé de lui donner des lignes ? », son sourire, si c’était possible sembla redoubler d’intensité. Siejena posa ses coudes sur ses cuisses et sa main vint prendre un côté de son visage, l’autre étant trop occupée à tenir sa cigarette qui commençait à enfumer la pièce en déposant son odeur spécifique mais ne parvenant pas à couvrir celle, incroyablement simple mais délicate de cannelle de Siejena. « Il y a beaucoup de raisons à ça…mais je vais passer outre le fait que la maladresse n’est pas quelque chose que je punie, que je n’aime pas les châtiments corporels ou encore que l’élève qui manqua de mourir a tenté de briser ma baguette en me traitant de traître. Non je vais simplement vous dire que j’aime l’ironie Severus (elle appuya bien sur son prénom) et j’aime voir les petits visages déconfits des élèves quand je leur donne des choses impossibles à faire. », elle marqua une pause en faisant apparaître un cendrier pour écraser sa cigarette et s’en ralluma une autre.

    « Le petit Baker, bien que trop jeune pour ce genre de conneries souffre d’une oligoarthrite, inflammations de plusieurs articulations des mains. Il a appris à faire courir la plume avec sa baguette durant les cours et pour ses devoirs mais ces lignes, je lui ait demandé à la main. Et je saurais déceler s’il a obéi. », toute trace de sourire avait disparu, mais dans les bouffées qui l’entouraient, une lueur de victoire flottait sur les prunelles glaciales de la jeune femme. Une lueur qui n’annonçait rien de bon. Elle demeura assise sur le bureau, mais elle changea de côté en se tournant complètement vers le Directeur qui lui, n’avait pas l’air d’en mener bien large. Peut être était-ce le ton employé, le sourire sarcastique ou encore juste le fait qu’elle se se soit permise de l’appeler par son prénom, mais il bouillait à l’intérieur. Et si elle avait entendu des rumeurs sur le fait que lui aussi utilisait beaucoup de sourires sardoniques du temps où il était enseignant, elle n’était pas prête d’y croire. Les zygomatiques de Snape semblaient usés et pas très prêts à servir. Quand ceux de Siejena se déployaient à grand renfort. En le regardant fixement, elle pouvait commencer à sentir la lassitude des années sur ses épaules. Il était un roi déchu, sur un trône dans le même état que lui, et la mort lui semblait être un soulagement dont il accepterait la venue. Mais Siejena n'était pas encore prête à ce qu'il meure, non, parce que c'est elle qui lui arracherait la vie. C'est pour ça que cette entrevue tombait très bien, le début de son plan pouvait rentrer en jeu.

    Elle allait lui donner l'envie de vivre. Elle allait lui donner envie de respirer, d'entendre son cœur battre et de sentir le sang pulser dans ses veines. Et lorsque ses yeux se seraient acclimatés au soleil, elle l'achèverait. Oui, elle ferait ce qu'elle aurait du faire il y a des années. Et Siejena dans son infini cruauté , le sourire revenu, savourait chaque défaite, chaque parcelle de l'homme brisé en face d'elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomsdayclocks.tumblr.com/
avatar

Severus Snape


♣ Credit : Doomsday ; Madamtorsion : Bloomyicons
♣ Parchemins Enregistrés : 17
♣ Where are you ? : hogwarts
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : sectumsempra ; veritaserum
♣ Character Age : -


« BEHIND THE MASK »
● Profession: Hogwarts' Headmaster
● Appartenance: – No idea...
● Carnet Relationnel:

MessageSujet: Re: SO ! What's next my old friend ? → SEVERUS.   Lun 30 Aoû - 19:29


    Spoiler:
     

    A l’instant même où Siejena Sparrow avait mis un pied dans un bureau, poser un talon parce que le son était assourdissant, il avait comprit son erreur. Jamais il n’aurait du la convoquer, jamais il n’aurait du lui adresser le moindre regard. Et ce sentiment s’était d’autant plus renforcé lorsqu’elle s’était avancée pour s’assoir… sur son bureau. Imperceptiblement il avait eu un mouvement de recul comme pour tenter de restaurer une distance convenable mais ce n’était pas ça. Il était tout simplement gêné et ça, c’était quelque chose de bien particulier. Il n’était jamais gêné par quoique ce soit mais l’attitude de Sparrow était bien trop équivoque. Snape aurait pu lui ordonner de descendre de là, lui dire que le bureau n’était pas un fauteuil mais il s’était tu, observant toujours la curieuse personne qui lui faisait face. Ses mains s'étaient abattues sur le rebord du bureau parce qu'il avait besoin de contrôler une certaine colère et autre chose, là, cette chose complètement tapi au fond de lui qui faisait qu'il l'aurait réduite en pièce parce qu'il était clair à présent qu'il l'a haïssait aussi surement qu'il voulait la comprendre.

    Il détestait ça, qu’on prononce son prénom. Et elle l’avait fait exprès, c’était certain. Sans réellement s’en rendre compte, il avait serré les poings jusqu'à s’en faire péter les jointures. Sparrow l’exaspérait déjà et il regrettait amèrement de l’avoir accepter. Pouvait-il la renvoyer ? Ah oui, certainement, il était le directeur de cette école de cinglés mais le temps qu’il avait mit pour trouver un professeur de sortilège, en plus de quelqu’un pou diriger Gryffondor lui revint en mémoire. Non, il ne pouvait pas se passer d’elle-même si l’idée était des plus tentantes.

    Et puis, cette excuse qu’elle lui avait fournit. Foutaises. Il avait arqué un sourcil, suspicieux. Elle venait d’inventer l’excuse immédiatement, elle venait d’inventer ce mot. Depuis quand un gamin pouvait souffrir de problèmes articulaires ? Non, mais sincèrement, c’était du n’importe quoi. Et ses parents, ils faisaient quoi ? Si les Moldus n’étaient pas compétant en médecine, les sorciers l’étaient, ils auraient pu lui résoudre son problème au gamin. Depuis quand Snape s’en souciait d’ailleurs ? Mais si c’était la vérité, alors il devait reconnaitre que la punition était on ne peut plus appropriée au vu de l’acte, au moins, le gamin s’en souviendrait toute sa vie. Puis, c’était un Gryffondor, rien de plus normal mais tout de même, il était assez septique là-dessus même si le sourire, ou l’ébauche de sourire sur le visage de Sparrow ne laissait aucune inquiétude là-dessus. D'ailleurs, en parlant de ce sourire, celui-ci était tout simplement effrayant. Ce n’était pas qu’elle lui faisait peur, il ne craignait plus les gens, les cinglés encore moins mais il y avait quelque chose de parfaitement désagréable dans ce sourire, ou plutôt ce rictus et Severus ne parvenait pas à définir ce qui le faisait presque frissonner d’horreur.

    « Vous ne pouviez pas faire comme tout le monde ; un peu de torture et la question était réglée. Poudlard n'est pas une école où je souhaite voir se développer des pratiques Moldues. » Il avait clairement perdu de sa repartie et ça se sentait mais Snape était lassé de diriger cette foutue école qui partait en miettes de tous les cotés.

    Et puis, il voulait à tout prix que cette femme dégage de son bureau car là, ce n'était plus possible, il ne pouvait même plus la regarder ça en devenait indécent à ce niveau. Bordel, on ne s'assoit pas sur un bureau sans arrière pensées !

    D’ailleurs, il n’y avait pas que sa position qui le dérangeait mais la cigarette qu’elle était en train de fumer. Une ça passait mais plusieurs, non et puis l’odeur, il détestait ça plus que tout et c’est d’un geste vif qu’il avait attrapé le poignet de Sparrow, lui arrachant cette cigarette des doigts pour l’écraser rageusement dans le cendrier qu’elle avait fait apparaitre quelques minutes plus tôt. Si elle voulait crever d’un cancer du poumon, ou tout simplement étouffé avec sa fumée c’était son choix mais lui ne voulait pas la suivre là dedans.

    « Allez vous encrasser les poumons en dehors de mon bureau. » Il n'avait pas hurlé ces mots, il ne faisait jamais ça. Il ne montrait jamais réellement sa colère, ce n'était perceptible que dans le ton employé et là, on pouvait parfaitement comprendre qu'il lui aurait écrasé la cigarette sur la main si il n'avait pas un semblant de retenu.

    Finalement, il s’était levé, parcourant la pièce tout en évitant soigneusement de poser le moindre regard sur Siejena Sparrow. Cet endroit était le sien et pourtant, c’était comme si il se retrouvait piégé et c’était une sensation hautement désagréable.

    « Qu’attendez-vous pour dégager d’ici ? »
    Snape aurait pu employer un autre mot que ‘dégager’, il aurait pu être un peu plus poli mais non, jamais car ça ne servait strictement à rien. Il voulait simplement qu’elle sorte. Hors de sa vue.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SO ! What's next my old friend ? → SEVERUS.   

Revenir en haut Aller en bas
 

SO ! What's next my old friend ? → SEVERUS.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Hogwarts Decadence † :: OUT OF THE GAME :: HOGWARTS INSIDE :: • septième étage :: » bureau du directeur-