what are you looking for ?
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
« Ils n’y a pas que les plantes qui s’arrosent … les bonnes nouvelles aussi ! » {Winry}



Partagez | 
 

 « Ils n’y a pas que les plantes qui s’arrosent … les bonnes nouvelles aussi ! » {Winry}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Fitz L. Loinvoyant
A tiger at the heart of the snakes

♣ Credit : Obsession 27
♣ Parchemins Enregistrés : 232
♣ Where are you ? : Somewhere
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : Lumos - Potion d'énergie
♣ Character Age : 17


« BEHIND THE MASK »
● Profession: Elève
● Appartenance: – Good Side
● Carnet Relationnel:

MessageSujet: « Ils n’y a pas que les plantes qui s’arrosent … les bonnes nouvelles aussi ! » {Winry}   Ven 23 Juil - 18:42

Encore un peu. J’étais encore trop loin. Il fallait que je me rapproche, un tout petit peu, afin d’être à la bonne distance. Cinq mètres, c’était parfait, un jeu d’enfant. J’avançais tout doucement, les griffes complètement enfoncées dans leurs fourreaux, mais prêt à les dégainer à l’instant décisif. Je bloquais ma respiration. De l’autre côté de l’épais buisson, le lapin tendis brusquement l’oreille. C’était le signal. Go !

Je sautai d’un coup sec, rapide, et vif comme l’éclair. Le petit animal fit un bond de surprise tandis que je l’attrapai entre mes crocs et lui brisais la nuque en une fraction de seconde. J’eus à peine le temps de toucher le sol de mes quatre pattes que ma proie gisaient morte dans ma gueule, véritable faux de la mort. Je le lâchais sur le sol, et mon esprit humain exprima une légère pensée à l’égard de l’âme de la créature. Ah ces hommes … Bon, à table.

*

Je repris forme humaine à quelques mètres de la lisière de la Forêt Interdite. Je constatai que ma chemise était tâchée de sang au niveau du col et je jugeai qu’il était préférable de la retirer pour ne pas éveiller l’attention. J’aurais pu me faire passer pour un maladroit à table, mais puisque je n’avais pas pris le déjeuner ce midi, mon excuse perdait toute fiabilité. Je retirais donc ma robe de sorcier, puis ma chemise et, pour effacer toute traces compromettantes, j’y mis le feu et dispersai les cendre d’un coup de baguette magique. Je renfilais par la suite ma robe de sorcier, la fermant cette fois, de sorte à ce que nul ne remarque que ma chemise s’était volatilisée.

J’aurais pu en faire apparaître une autre, ou simplement éponger le sang de la première mais pour la première option, mon côté tigre rendait ma température corporelle plus élevé que la normale ce qui expliquait le ravissement de se passer de chemise et pour la seconde option, un sort pouvait s’annuler et je me serais retrouvé avec bon nombre de questions compromettantes pour mon secret … Quoiqu’il en soit, je sortis tranquillement de la forêt et accueillis un soleil avec un air satisfait.

Parce que je fis un pur caprice, je décidai de passer à côté des serres. J’aimais bien profiter des couleurs des plantes inoffensives de la serre numéro un, réputée la moins dangereuse et où passaient, en général, la totalité de l’année les premières années. Je n’aurais peut être pas du céder à ma volonté futile, mais pour le coup, mon légendaire instinct demi-divinatoire se passa de me prévenir. Ou peut être voulait-il, en réalité, que j’y passe …

Car en passant devant la serre numéro deux où se tenait un cours de botanique sur le point de se terminer. Une fois la cohue d’élève fuyant la salle pour profiter du reste de leur après-midi, cohue dans laquelle je repérai plusieurs tête de quatrième année, je m’entendis apostrophé par le professeur.

Oh non … j’ai rien fait … cette fois ! Me lamentai-je intérieurement.

« Monsieur Loinvoyant je vous prie ! Voulez-vous bien aider Miss Lampe rouge à arroser les plantes de la serre numéro 1 ? Il faut que je me sauve, j’ai un conseil d’administration qui m’attends … Vous serez récompensés de dix points pour vos maisons. Merci beaucoup ! Deux noms français qui plus est, vous ne pouvez que bien vous entendre ! » Lança le professeur en disparaissant sans me laisser le temps de répondre par l’affirmative … ou la négative d’ailleurs.

Je soupirai pour ne pas grogner comme un chat l’aurait fait, tout en empruntant le petit passage pour rejoindre l’entrée de la serre numéro 1. Ouvrant la porte de verre, j’entrai et constatai l’étendue de plantes en tout genre qu’il me fallait arroser. Allez … ce devrait être rapide à l’aide d’aguamenti. Je me retournai pour voir si la demoiselle m’avait suivi où si elle s’était permise de me laisser faire le travail tout seul …

La voyant entrer à ma suite, je me mis à arroser une première rangée de plantes que je reconnu être de simples boutures de laurier. Rien de bien magique … Lamperouge, lamperouge … ce nom me disait vaguement quelque chose. Winry me parlait davantage maintenant que je retrouvais ce prénom dans ma mémoire. Il me sembla qu’il y avait quelque chose voir avec Kyle, mais les rumeurs de filles et lui étaient monnaie courante à Poudlard …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Winry Lamperouge


♣ Parchemins Enregistrés : 99
♣ Where are you ? : Somewhere you won't find me
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : Rictusempra
♣ Character Age : 17 yo


MessageSujet: Re: « Ils n’y a pas que les plantes qui s’arrosent … les bonnes nouvelles aussi ! » {Winry}   Ven 23 Juil - 21:03

Le cours de botanique était pour moi… Un cours très instructif, mais décidément trop ennuyeux. Ces noms de plantes à apprendre, leurs particularités les endroits où on les trouve … Ca n’avait d’intérêt pour personne même s’il était amusant d’en découvrir des plus farfelues les unes que les autres chaque jour. Le cours était enfin fini et en avance : le professeur devait assister à un conseil d’administration. Il dit avant que tout le monde n’ait le temps de s’enfuir « Il me faut un volontaire pour arroser les plantes de la serre numéro un. Si personne ne se porte volontaire, je vais désigner les amoureux incontestés de la botanique. » Quelle ironie, tous les Serpentards tournèrent la tête, faisant semblant de s’intéresser aux plantes autours de nous. Devant cette hypocrisie, je levai doucement la main. Le professeur me fit signe de m’approcher tandis que les autres élèves s’enfuirent.

« Bon, ça m’ennuis que vous soyez seule, même si vous n'avez rien à faire après, il y a quand même beaucoup de plantes… » Mais il ne semblait pas prêter attention à ce qu’il disait lui-même. Il regardait dehors, l’air distrait, ailleurs. Il y avait un garçon qui se promenait. Le professeur eut un air maléfique tout à coup et il interpella le garçon. « Fitz Loinvoyant !! Monsieur Loinvoyant ne faites pas semblant que vous n’écoutez pas, venez ici ! » Il finit par aller lui-même chercher ce Fitz. Je me tenais un peu plus loin derrière. « Monsieur Loinvoyant je vous prie ! Voulez-vous bien aider Miss Lampe rouge à arroser les plantes de la serre numéro 1 ? Il faut que je me sauve, j’ai un conseil d’administration qui m’attends … Vous serez récompensés de dix points pour vos maisons. Merci beaucoup ! Deux noms français qui plus est, vous ne pouvez que bien vous entendre ! »

Hahaha. Si seulement ce n’était pas pour motiver ce pauvre garçon, et l’obliger à m’aider ça serait presque drôle. Je levai les yeux au ciel, il n’était pas non plus obligé de le faire. J’avais l’intension de lui dire qu’il pouvait partir dés que le professeur se serait éclipsé, mais il alla directement à la serre. Je retroussai mes manches et le suivit, il avait déjà commencé à arroser les plantes. Ni l’un ni l’autre n’ouvrait la bouche. Nous ne nous connaissions pas, et continuer ainsi ne me posait aucun problème. Je passai à un moment en face de lui et vis que sous sa robe de sorcier noire, qu’il était torse nu. Il n’avait apparemment pas ouvert sa chemise parce qu’il avait chaud, il n’en portait tout simplement pas.

Je sentis que mes joues devenaient roses. Je me fis tout un tas de scénarios dans ma tête. Il s’était battu avec une bête féroce dans la forêt interdite ; c’était un loup-garou de jour ; il avait prit du bon temps avec une fille près des serres et elle lui avait arraché sa chemise dans l’action… Tout cela était simplement ridicule. Je fini par céder et lui dire avec embarras et sans oser le regarder « Je ne sais pas si tu as remarqué … Mais tu n’as pas de chemise. » J’avais vraiment peur qu’il m’envoie balader parce que ce n’était pas mes affaires, ou pire encore, qu’il pense que je l’avais maté, et que j’étais intéressée par lui. Je venais à peine de me mettre avec l’un des plus grands coureurs de jupons de Poudlard, ce n’était pas pour le tromper ! J’ajoutai « Enfin, ce n’est pas que ça me plaise ou que ça me dérange, c’est pour toi. Tu as juste l’air louche comme ça. »

Et en effet, un type qui se balade avec une robe de sorcier mais sans rie en dessous ça faisait penser au Seigneur des Ténèbres, ou à un imbécile qui voulait lui ressembler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fitz L. Loinvoyant
A tiger at the heart of the snakes

♣ Credit : Obsession 27
♣ Parchemins Enregistrés : 232
♣ Where are you ? : Somewhere
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : Lumos - Potion d'énergie
♣ Character Age : 17


« BEHIND THE MASK »
● Profession: Elève
● Appartenance: – Good Side
● Carnet Relationnel:

MessageSujet: Re: « Ils n’y a pas que les plantes qui s’arrosent … les bonnes nouvelles aussi ! » {Winry}   Ven 23 Juil - 21:51

L’arrosage des plantes. Voilà bien une occupation des plus longues, mornes et ennuyeuse du monde. Sauf pour le jardinier qui gagne ça vie, ou le passionné qui fait pousser lui-même ses plants et dispose du plaisir de pouvoir constater chaque centimètre, chaque feuille, chaque fleur ou chaque fruit que le temps finit peu à peu par apporter à sa petite graine. Mais pour ma part, devoir abreuver une telle superficie de plantes grimpantes n’avaient rien de très exaltant. Pourtant, perfectionniste, je m’appliquais à exécuter ma tâche au mieux. Ce n’était pas la récompense qui me motivait, seulement le goût de la perfection … et … franchement … qu’avais-je de mieux à faire ?

J’imaginais Kyle me dire de me décoincer, d’aller chercher une fille et de passer la nuit avec elle et plus si affinité. Je me voyais très bien lui rire au nez de façon jouée avant de trancher d’un coup sec par une de ces répliques acides qui me caractérisaient bien, un regard fulgurant, celui qui faisait toujours autant d’effet sur mes victimes vite effrayées, à l’appuie. Ouai, mais Kyle était généralement immunisé à ce regard là … N’empêche que, de ce point de vue, nous n’avions pas les mêmes valeurs. Fort de savoir ce qu’est une pulsion naturelle par mon esprit de tigre, j’étais parfaitement en mesure de contrôler les miennes, et ce, jusqu’aux pulses de testostérone.

Répondant à ma volonté, le jet d’eau qui jaillissait de ma baguette se courba et rebondit sur plusieurs mètres de façon à arroser efficacement toute une allée. Je dus également pour cela esquisser un ample mouvement du bras. Je ne fis pas attention au fait que le bouton de ma robe de sorcier qui la maintenait fermée au niveau du col était mal boutonné, ce qui expliquait surement qu’il se soit détaché, à l’instant même où la demoiselle passait en face de moi. C’est en ayant aperçu, du coin de l’œil, ses joues rosir que je réalisais qu’elle devait me prendre pour un type un peu spécial qui ne portait pas de chemise.

Elle ne tarda toutefois pas à me le faire remarquer. Je me figeai une fraction de seconde avant d’ouvrir distraitement ma robe, me retenant de souffler de contentement avec la fraicheur relative qui m’envahit. J’avais effectivement très chaud, merci le tigre, et la chaleur de la serre, bien qu’inférieure à celle qui avait régné sous ma robe, n’était pas pour m’aider à me rafraichir. Sans tourner la tête vers la demoiselle, je m’adressai à elle.

« Oh, oui, tu as raison … mais ne te fais pas de fausses idées : je rentre d’un cours particulier de soin aux créatures magiques et l’une des bêtes à eut un petit problème. J’ai sacrifié ma chemise pour retenir une hémorragie et je m’apprêtais justement à rentrer pour me changer quand le prof m’a interpellé. » déclarai-je d’un ton très convainquant qu'il était impossible de mettre en doute.

J’étais entrainé par mon père à mentir. Toute la formation du mangemort parfait, tueur gentleman, assassin de l’ombre. Mais je n’aimais pas ça. Pas du tout même. Cependant, pouvais-je me risquer à lui révéler la vérité quand cette dernière pouvait la conduire entre les griffes des Mangemorts et de leurs tortures débordant facilement jusqu’à la mort ? Ils recherchaient un animagus tigre qui avait tué l’un des leurs, des plus puissants, des plus éminent : Vérité Loinvoyant. Ils soupçonnaient son fils, mais Vérité leur avait toujours parlé de leçons pour m’apprendre à me transformer en Vautour, emblème de la famille, animal de métamorphose depuis des générations. Cela avait suffit à écarter les soupçons … Mais s’ils apprenaient que j’étais en réalité un animagus tigre … D’où mon mensonge … pour la protéger. Comment j’en protégeais beaucoup de cette façon. Mais je ne parvenais pas à me faire à l’idée de mentir aussi effrontément.

« J’espère que ça ne t’embête pas trop, mais en plus, il fait tellement chaud là-dedans ! Si ça t’ennuie, tu peux me le dire, je changerai ma robe en tee-shirt, ça ne me gène pas ! » Dis-je, heureux, intérieurement, de redevenir plus sincère.

« C’est bien toi Winry Lamperouge ? Je crois avoir entendu quelqu’un prononcer ton nom dans le couloir un jour. Enfin … moi c’est Fitz, Fitz Loinvoyant » Dis-je d’un ton poli.

J’engageais rarement des conversations de moi-même et encore plus rarement d’un air si cordial. Mais j’aimais bien, en général, les Gryffondors, même si, de part mon appartenance à la - terrible - maison des Verts et Argents, je n’allais guère voir les Rouges et Or …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Winry Lamperouge


♣ Parchemins Enregistrés : 99
♣ Where are you ? : Somewhere you won't find me
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : Rictusempra
♣ Character Age : 17 yo


MessageSujet: Re: « Ils n’y a pas que les plantes qui s’arrosent … les bonnes nouvelles aussi ! » {Winry}   Sam 24 Juil - 8:00

Heureusement, il ne parut pas gêné ou énervé par ma réflexion, même si moi sa réaction me gêna encore plus. Il parut soulagé en ouvrant légèrement sa robe, il semblait avoir vraiment très chaud là-dessous. Il me répondit « Oh, oui, tu as raison … mais ne te fais pas de fausses idées : je rentre d’un cours particulier de soin aux créatures magiques et l’une des bêtes à eut un petit problème. J’ai sacrifié ma chemise pour retenir une hémorragie et je m’apprêtais justement à rentrer pour me changer quand le prof m’a interpellé. » C’était une histoire qui tenait parfaitement la route, même si elle avait un petit quelque chose d’étrange. Mais je ne dis rien, ce garçon me paraissait vraiment sincère, et même s’il ne l’était pas ça le regardait après tout. « J’espère que ça ne t’embête pas trop, mais en plus, il fait tellement chaud là-dedans ! Si ça t’ennuie, tu peux me le dire, je changerai ma robe en tee-shirt, ça ne me gène pas ! »

Je me fichais totalement qu’il soit torse nu ou habillé. Du moins c’était ce que je tentai de lui montrer malgré mes joues toujours un peu roses. Comment ne voulait-il pas troubler une jeune fille s’il montrait sans gêne son corps ainsi ? Bien qu’il ne m’intéresse pas, je ne pouvais m’empêcher d’être légèrement embarrassée. Mais je préférai rester polie face à ce fils de mangemort, qui sait ce que certains de ces tordus de Serpentards peuvent imaginer ? « Non je te l’ai dis, ça ne me gêne pas, fait comme tu le sens. » J’eus alors un petit sourire forcé pour que ça paraisse plus vrai ; il me semblait plus judicieux de paraître amical.

« C’est bien toi Winry Lamperouge ? Je crois avoir entendu quelqu’un prononcer ton nom dans le couloir un jour. Enfin … moi c’est Fitz, Fitz Loinvoyant » C’est pas vrai, alors même lui que je ne me souvenais presque pas d’avoir croisé plus de deux fois dans Poudlard avant maintenant, avait entendu parlé de moi ? Les sorcières de cette école étaient décidément pires que je ne pensais quand il s’agissait de rumeur. Même si Kyle était loin de passer inaperçu auprès de tous par rapport à son « passé » et à son physique, je ne comprenais toujours pas pourquoi les rumeurs les plus étranges circulaient sur nous deux ; n’avait-il pas le droit d’avoir quelques sentiments à l’égard d’une fille pour une fois ?

Je lui répondis avec un air qui était le résultat d’une petite colère et d’un profond dégout. Je devais avoir une de ces têtes … Qu’avait-il entendu sur moi ? Que j’avais préparé un filtre d’amour pour Kyle ? Que je l’avais menacé pour qu’il sorte avec moi ? Que je sortais de son imagination ? Ou que ma pitié m’avais fait m’attaché à lui ? Il y avait tellement de version différente que j’en découvrais une presque chaque jour. Même si Fitz m’avait posé la question sans être grossier, je ne pouvais pas m’empêcher d’être un peu vexée. Je ne suis qu’une fille à rumeur alors ? Je m’arrêtai d’arroser les plantes pour lui dire après un long soupir « Tu sais, mon nom circule beaucoup dans les couloirs de Poudlard en ce moment. Mais si c’est pour me poser des questions stupides à propos des rumeurs sur Kyle et moi, n’espère pas avoir de réponse. »

J’étais réellement exaspérée par le comportement des ex de Kyle, ainsi que des autres filles qui ne me connaissaient pas. La jalousie, c’était clair qu’il y avait que ça dans leurs yeux quand je les croisais, je les reconnaissais grâce à cet éclair dans leurs yeux qu’elles tentaient à chaque fois de me lancer. Il y en avait bien plus que je ne pensais ; une vingtaine dans chaque maison, sans compter celles qui étaient intéressées sans avoir eus l’occasion de tenter quoi que ce soit avec lui. Mais au fond, ces filles me faisaient un peu peur. Et si jamais elles décident de s’allier contre moi pour que Kyle rompe ? Ou alors si jamais elles se réunissent pour me faire passer un sale quart d’heure ? J’avais déjà reçu toutes sortes de menaces, allant du « Disparaît ! On ne veut plus te voir avec lui ! » au « Tu connais le sortilège doloris ? ». Ces filles étaient totalement cinglées.

Je me montrais de plus en plus nerveuse, même si puisqu’il était un garçon, il risquait simplement de me poser un peu trop de questions. Mais j’avais déjà eus quelques surprises avec les garçons comme ceux qui m’abordaient dans les couloirs justement parce que je sortais avec Kyle. Non pas qu’ils ignoraient, eux, que ce dernier avait une certaine affection pour moi qui les dépassait totalement ; ils pensaient que si Kyle sortait avec moi, et le faisait voir à tous, c’était parce que j’étais « un bon coup ». C’était flatteur mais en même temps terriblement vexant. Je n’étais qu’une petite minette pour eux, et tel qu’ils le pensaient, pour Kyle aussi. Même certains garçons de Gryffondor, qui me connaissaient un minimum pourtant puisque nous étions dans la même maison, m’avaient fait des avances. « Elle est timide, mais en fait c’est une sacré coquine ! » se disaient-il. Cette remarque leur valut à tous une bonne claque ainsi qu’une certaine envie de vomir des limaces pendant une journée. « S’ils sont capable de supporter de vomir de telles conneries, ils devront adorer les limaces ! » m’avait dit une amie après avoir jeté le sort. Heureusement tout de même qu’il me restait des amies au milieu de tous ces imbéciles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fitz L. Loinvoyant
A tiger at the heart of the snakes

♣ Credit : Obsession 27
♣ Parchemins Enregistrés : 232
♣ Where are you ? : Somewhere
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : Lumos - Potion d'énergie
♣ Character Age : 17


« BEHIND THE MASK »
● Profession: Elève
● Appartenance: – Good Side
● Carnet Relationnel:

MessageSujet: Re: « Ils n’y a pas que les plantes qui s’arrosent … les bonnes nouvelles aussi ! » {Winry}   Sam 24 Juil - 8:33

Je doutai qu’elle puisse remettre en doute mes mensonges convainquant. Parfois, je me disais que je méritais ma place à Serpentard, puisque selon l’ancienne répartition avec le Choixpeau magique, Serpentard était la maison des rusés et des ambitieux. Je devais user de ruse non pas pour assouvir mes ambitions, mais principalement pour assurer à ceux que je côtoyais une protection sûre. C’était un mal pour un bien, essayais-je de me convaincre. Néanmoins, je ne pouvais me pardonner de mentir. Un jour peut être, tout le monde saura la vérité, quand ils ne risqueront plus rien …

La cape sur les épaules, mon torse à moitié mis à nu, j’étais un peu plus à l’aise avec la température de mon corps. Si la capacité féline à augmenter la température corporelle était utile lors des grands froids, elle pouvait se révéler particulièrement handicapante au cours de grosses chaleurs. Or, une serre n’était pas réputée pour imiter le climat glaciaire, autant dire que je me demandais comment j’avais pu supporter de rester confiner dans mon vêtement pendant si longtemps … soit … dix minutes, à tout casser.

Cela dit, j’étais un gentleman, du moins quand je ne m’adressais pas à un Serpentard qui me tapait sur les nerfs. Aussi, je m’enquit auprès de la demoiselle pour m’assurer de ne pas la perturber. J’étais un parfait ignorant des passions humaines, ce qui expliquait l’absence de réflexion sur le fait qu’elle était une jeune demoiselle et que j’étais un jeune homme ce qui pouvait indéniablement conduire à une certaine forme de gêne. De part ma longue période de vie animale, j’avais perdu certaines habitudes humaines, comme la pudeur par exemple. Dans sa réponse où elle confirma son absence de gêne, je perçu une petite teinte amicale.

Je voulais alors m’assurer de son identité. Engager un semblant de conversation. Faire comme si j’étais un individu sociable. Lui montrer que même si j’avais une manière de me vêtir qui rappelait un peu le Dark Lord, je ne m’assimilais certainement pas à lui et n’avait franchement aucune envie de lui ressembler. Mais cette tentative tomba à l’eau comme une pierre qui coule bien profondément dans l’onde.

Je sentis son agacement et perçu sur son visage une petite trace de répugnance. Je reformulais ma question dans mon esprit en me demandant comment j’avais pu la vexer. Ce n’est qu’au bout de quelques secondes que je supposais qu’être considéré comme un « être à rumeur » n’était pas très flatteur pour les humains. Encore une chose que j’avais plus ou moins oublié.

Elle me répondit assez sèchement qu’elle ne dirait rien sur Kyle et elle, et ce, après un long soupir et la cessation de l’activité diablement intéressante qu’était d’arroser ces foutus plantes. A ses mots, j’esquissais un léger sourire, toute volonté de me moquer ne figurant absolument pas dans ce geste. Comme si j’avais besoin des « on-dit » pour savoir ce qui se passait dans la vie de Kyle …

« Oh ! Ne te méprend pas ! » Répondis-je avec légèreté. « Je ne suis pas du genre à colporter ou profiter des ragots. De nombreuses choses y circulent, et parfois, faire la part entre la réalité avérée, les fantasmes des uns, la jalousies des autres et les craintes des derniers se révèle impossible. D’autant plus que je n’ai pas besoin des rumeurs pour avoir des informations au sujet de Kyle » Conclus-je de façon plus mystérieuse.

Je doutai que Kyle l’ai mit au parfum de notre amitié. Kyle était également réputé pour ne pas vraiment apprécier la compagnie de la gente masculine et, qui plus est, un Serdaigle de sa trempe qui trainait avec un Serpentard aussi mystérieux que moi ne pouvait que susciter des questions en tout genre. Et Kyle n’avait franchement pas besoin d’une publicité supplémentaire dans les commérages de Poudlard.

« Tu sais quoi ? C’est idiot de se comporter comme des sorciers de dernier ordre alors que … » Commençai-je.

Puis, d’un mouvement du poignet, je cessais mon jet d’eau. Nous n’étions pas des imbéciles qui transformaient leur baguettes en tuyau d’arrosage. Nous pouvions faire mieux que ça. Je pointai ma baguette vers le plafond de verre de la serre et réfléchis à un sort informulé. Puis je me lançai. Alors, un nuage magique se matérialisa dans les airs. Il se mit à pleuvoir en visant précisément chaque allée, chaque pot de plante. Nous n’avions plus qu’à rester là quelques minutes et interrompre le sort lorsqu’il le faudrait.

Satisfait, j’allai m’adosser à une paroi de la serre et jetai un œil à Winry.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Winry Lamperouge


♣ Parchemins Enregistrés : 99
♣ Where are you ? : Somewhere you won't find me
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : Rictusempra
♣ Character Age : 17 yo


MessageSujet: Re: « Ils n’y a pas que les plantes qui s’arrosent … les bonnes nouvelles aussi ! » {Winry}   Sam 24 Juil - 17:02

« Je n’ai pas besoin des rumeurs pour avoir des informations au sujet de Kyle » ça veut dire quoi ? Etait-il une sorte d’espion, parce que Kyle appréciait les moldus ? Ou était-il simplement un de ses amis ? Un Serpentard, ami avec un garçon comme Kyle, cela paraissait peu probable ; mais je ne le connaissais pas plus que ça non plus, mieux vaut ne pas juger. Je recommençai à arroser ces foutues plantes, il y avait des bestioles de partout ça m’agaçais. « Tu sais quoi ? C’est idiot de se comporter comme des sorciers de dernier ordre alors que … » puis il joignit ses paroles à ses actes. Il lança un sort pour faire apparaître des nuages qui commencèrent à arroser les plantes, et seulement les plantes. Je pense que je me serai un peu énervée si mes cheveux avaient été mouillés à cause de ce sort. Il était visiblement aussi paresseux qu’un gros chat. Le sort « aqua » pour arroser directement les plantes n’était pas si éprouvant que ça pourtant. Il s’appuya à un mur et me regarda du coin de l’œil.

Il voulait une réaction ? Je décidai d’arracher les mauvaises herbes des plantes, ainsi le professeur aurait peut être l’idée de nous accorder plus de points que prévu ? Il y eut un long silence, j’étais concentrée pour ne pas enlever n’importe quoi des pots et lui avait presque l’air de s’endormir par la fraicheur qu’apportait cette petite averse. Une fois que j’eus finis je restai où j’étais pour lui demander « D’où tu connais si bien Kyle ? ». Il me regarda mais je ne détournai pas mon regard de lui. « Tu dis ne pas avoir besoin des rumeurs pour savoir des choses sur lui. Es-tu un de ses amis ? Ou alors tu le surveilles ? » Kyle n’était pas du genre à parler de ses relations, qu’elles soient positives ou négatives. Je connaissais peu de gens qui l’appréciait, mais il faut dire qu’avec son passé de don juan il était plus facile de se faire des ennemis que des alliés.

Fitz, malgré son physique, ne semblait pas non plus être un rival pour Kyle. En réalité il venait de me parler de lui sans aucun sentiment, comme si c’était un garçon comme les autres. Peut-être qu’ils se connaissaient parce qu’ils étaient de la même année ? Ou des amis d’enfance ? Toute sorte d’hypothèse se bousculait une fois de plus dans ma tête, je divaguais un petit peu. Je vérifiais les plantes une par une pour me passer le temps lorsque je vis, entre deux feuilles de laurier, une espèce de petite chenille visqueuse qui semblait ne pas être à son aise. J’approchais ma main de cette bestiole pour l’empêcher de manger la plante et la pris dans le creux de ma main.

Mais il s’avérait, que cette chenille visqueuse était une sangsue. Qu’est-ce qu’elle fichait ici de toutes manières ? Mais je n’eus pas le temps de la mettre par terre et de l’écraser, elle m’avait déjà mordu pour s’accrocher et commencer à sucer mon sang. Mon sang, je crois que c’est la seule chose qui importait le plus pour moi dans ma propre personne. J’avais une sainte horreur des animaux et autres êtres en tout genre qui s’amusaient à jouer aux parasites et suçaient le sang des autres. Voir ce machin, minuscule certes, mais quand même en train de se régaler de mon sang, me fis avoir une réaction plus qu’agressive. Je reteins un cri, mais pas une grimace. J’arrachai la bête infâme de ma main ; un petit bout de chair parti avec, mais cela était moins important que le fait qu’elle puisse rester. Je jetai violement la chose à terre, sorti en un éclair ma baguette pour la lui pointer dessus et la faire exploser sur place. Exploser, parce qu’en réalité le sort était trop fort pour ce genre de bidule, mais cela m’était égale.

Une auréole noire s’était alors formée sur le sol, on aurait dit que j’avais tué mon pire ennemi et que la bataille était finie. Je respirais fort, j’étais essoufflée de peur. Puis je rabaissai ma baguette et me souvins que je n’étais malheureusement pas seule. Je levai la tête, les yeux grands ouverts. Fitz avait l’air très étonné de ma réaction surprise à la vue de la « pauvre » petite chose. Je me mordis la lèvre et mis mes bras autour de moi et commençai à me frotter. J’avais froid, je ressentais encore son souffle glacé, j’entendais encore sa respiration qui ne demandais qu’à arrêter la mienne. Je tremblai un peu et tournai le dos à Fitz pour dire « Désolée. Je déteste ces trucs. » C’était à moitié vrai. Ca n’avait rien de personnel, mais si les sangsues n’avaient pas décidé de sucer le sang comme les vampires, la vie serait déjà plus facile pour elles et moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fitz L. Loinvoyant
A tiger at the heart of the snakes

♣ Credit : Obsession 27
♣ Parchemins Enregistrés : 232
♣ Where are you ? : Somewhere
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : Lumos - Potion d'énergie
♣ Character Age : 17


« BEHIND THE MASK »
● Profession: Elève
● Appartenance: – Good Side
● Carnet Relationnel:

MessageSujet: Re: « Ils n’y a pas que les plantes qui s’arrosent … les bonnes nouvelles aussi ! » {Winry}   Sam 24 Juil - 21:49

Je la regardais du coin de l’œil tout en m’efforçant de savoir si les rumeurs qui circulaient comme des trainées de poudre dans l’enceinte du château étaient fondées. D’après les dires, Kyle, le don Juan par définition, l’homme à femmes, celui qui avait probablement visité les quatre dortoirs des quatre maisons se serait véritablement éprit d’une demoiselle. Winry serait « l’élue », celle qui aurait fait d’un adolescent gouverné par ses pulses de testostérone un petit ami aux compétences nocturnes exceptionnelles.

Alors oui, effectivement, quelques jalouses déclaraient qu’il était question d’un philtre d’amour, de l’amortentia concentré. Il s’agissait probablement d’anciennes conquêtes de Kyle qui s’étaient imaginer vivre le grand amour avec lui. Certes, plus en colère que d’autres allaient même jusqu’à prétendre que Winry s’était introduite dans le bureau personnelle de la prof de potion afin de subtiliser un de ses philtres si puissants qui faisaient sa réputation de mangeuses d’hommes et expliquaient, selon les garçons qui renchérissaient par-dessus leur nouvelles copines, qu’elle faisait tourner autant de tête masculines. Parmi les plus indifférentes, on trouvait des histoires sur le fait que Winry aurait ensorcelé Kyle pour le soumettre à sa volonté et faire de lui un ami fidèle. Chez les filles vexées de ne jamais avoir profité des « talents » de Kyle, il était souvent question d’une terrible machination, Winry jouant d’un mauvais chantage pour obligé Kyle à faire d’elle une sorte de star dans la population étudiante. Et il y avait encore bien des versions, diverses et variées, croisement entre les trois principales ou nouveautés inédites. Il ne me surprendrait pas d’apercevoir dans une gazette étudiante le scoop récurent : « La Vérité sur le Couple Kyle-Winry ! ».

Quoi qu’il en soit, mes talents d’observateur discret m’avaient toutefois permit de savoir que tout ceci s’était passé il y a quelques temps à la bibliothèque. Apparemment, Kyle et Winry s’y seraient rencontrés, à moins qu’ils ne se connaissaient depuis un moment déjà et qu‘ils s‘y soient donné rendez-vous. On les aurait alors vu s’éloigner dans un coin plus calme. A partir de là, il était question d’un baiser, quand d’autres prétendaient les avoir surpris dans un début d’ébats particulièrement « chauds ». Quoiqu’il en soit, les rumeurs chez les Serpentard au féminin étaient beaucoup plus précises à cet instant. Une fille, ex-conquête récurrente de Kyle aurait débarqué et semé le trouble dans le jeune couple, Winry s’enfuyant en courant (ou en hurlant des menaces selon certaines versions, les mêmes qui prétendaient avoir vu Kyle succomber aux charmes de son ex-coup d‘un soir dans la bibliothèque). Il y avait alors des histoires beaucoup plus vague sur un certain héroïsme Kylien, courant à travers les couloirs pour rattraper sa bien-aimée. Ce qui était sûr, c’est qu’ils étaient retournés à la bibliothèque en se tenant la main.

J’avais ma propre idée sur ce qui s’était réellement passé, même s’il y avait dans mon scénario des zones d’ombres que je ne souhaitais pas éclairer à l’aide des récits insipides issus du fantasme collectif. Elle s’occupa de désherber quelques plants et quand elle eut terminé, elle me posa quelques questions. Je ne pouvais lui révéler de but en blanc que j’étais effectivement l’homme qui pouvait se vanter d’être le plus proche affectivement de Kyle, en toute amitié, ne vous faites pas d’idées malsaines. Mais j’allais essayé, sans être trop repérable, de la mettre sur la bonne voix afin qu’elle fasse le cheminement intellectuel par elle-même et qu’elle en discute avec Kyle par la suite.

« Je peux te rassurer en te disant que je ne veux aucun mal à Kyle et que je ne lui cherche aucun ennui » l’informai-je en restant vague.

Rares étaient les amis qui cherchaient des noises à leur tiers, de même que ceux qui souhaitaient tout le malheur du monde à ceux qu’ils prétendaient apprécier. Cela dit, cette phrase ne disait pas que j’étais ouvertement son ami, elle ne faisait que de le suggérer. Elle n’aurait aucune certitude autre que celle que Kyle pourrait lui apporter s’il le jugeait nécessaire. Après tout, je comprendrais fort bien qu’il ne souhaite pas mentir à l’« élue ».

Tandis que je me remémorais le moment où, quelques jours auparavant, Kyle s’était permit de nous expédier en Argentine pour un simple café, je la suivais distraitement jouer aux botanistes parmi les plantations. Elle s’approcha d’une allée de laurier et sembla y déceler un petit quelque chose d’intéressant. Mon regard semi-félin se dirigea droit vers … une sangsue ?! Elle n’allait quand même pas se laisser berner par cette créature magique fallacieuse capable de prendre l’apparence d’une gentille petite chenille pour berner ses proies ? 

Je me rendis compte qu’on apprenait à se méfier de ce genre de créature lorsqu’on était à mon année d’étude. Je la regardai, horrifié intérieurement, arracher la créature de sa main et l’exploser d’un sévère coup de baguette magique sur le sol, traçant une aura noirâtre sur le sol. Il ne fallait pas qu’elle laisse sa main ainsi, ces créatures rependaient toxines et bactéries dans le sang de leur victime !

Tandis que je m’approchais d’un pas vif, je perçu l’odeur caractéristique de la peur que tout animal doté d’un minimum de flair sait percevoir. Je tirai ma baguette et attrapais doucement mais fermement sa main blessée.

« Episkey … Tergeo … Episkey … Vulnera Sanentur, Vulnera Sanentur, Vulnera Sanentur … » scandai-je.

Je nettoyai ainsi la plaie, la désinfectait, supprimais les antigènes et la refermai progressivement et sans douleur. Je procédais lentement, délicatement, conscient du danger qu’une telle blessure pouvait induire. Je n’étais plus un inculte des sorts de soins, de part mon père qui m’avait apprit à neutraliser les poisons avant qu’il ne soit trop tard, et ma mère qui, jadis, m’avait soigné … avant de mourir.

« Ces trucs peuvent être assez dangereux, avec leur toxines … la prochaine fois, stupéfixies là avant de la retirer par un simple accio pour ne pas oublier une patte ou une mandibule » Prévins-je sans chercher à faire la morale en lui lâchant la main. « Si jamais t’as une douleur, une rougeur, un étourdissement … quoi que ce soit, files à l’infirmerie : je ne suis pas Médiocrate » Déclarai-je sans prétention.

J’avais sentit à quel point elle semblait glacée. Sans ressentir quoique ce soit que la volonté d’aider mon prochain, je retirais ma cape de mes épaules, la réchauffait d’un sort et la lui déposait sur les siennes. Je l’invitais à sortir de l’allée, l’entrainant vers l’entrée de la serre où il faisait plus chaud, jetant un œil au nuage magique qui achevait de se déverser. Arrivé vers l’entrée, je fis le contraire de ce que bon nombre garçon de mon âge sans copine aurait fait : je m’écartais sans remords, sans profiter de la situation, mais restais à distance au cas où elle aurait un petit malaise. Je fis jaillir du néant un fauteuil rudimentaire mais sur lequel je lui demandai d’un geste de s’assoir un instant.

« Ca va ? » Demandai-je comme aurait pu le demander un médecin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Winry Lamperouge


♣ Parchemins Enregistrés : 99
♣ Where are you ? : Somewhere you won't find me
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : Rictusempra
♣ Character Age : 17 yo


MessageSujet: Re: « Ils n’y a pas que les plantes qui s’arrosent … les bonnes nouvelles aussi ! » {Winry}   Dim 25 Juil - 9:15

Il est médecin maintenant ? Alors que je continuais à trembler de froid, il me jeta un sortilège pour guérir ma blessure qui me piquait sans que je ne m’en aperçoive. Ce n’était clairement pas un sortilège que l’on pouvait apprendre dans ces murs, ce type avait semblait-il une connaissance assez élevée en médecine. Il était de plus en plus étrange en fin de compte. Il me mit en garde contre ce type de sangsue qui apparemment pouvait causer certains encombrements à l’hôte. Si jamais c’était le cas, je devais aller à l’infirmerie. Mais c’était le cadet de mes soucis, je me sentais très mal par rapport au fait que ce truc m’avait sucé le sang, comme ce vampire. Déjà que j’avais du mal à cacher ma trace dans le cou avec mes cheveux, là j’aurai à la voir tous les jours puisqu’elle était sur ma main. Voyant que je tremblais toujours de froid, Fitz me donna sa robe de sorcier pour me réchauffer, puis il me fit aller dans un coin de la serre plus tempéré et fit apparaître un fauteuil en m’invitant à m’asseoir. Je le regardai l’air ennuyée, c’était tout à fait à son honneur de se comporter ainsi avec moi, mais pas du tout nécessaire.

J’enlevai sa robe se sorcier, toujours en tremblotant de froid. La seule chose qu’il lui était impossible de comprendre et de « soigner », c’était justement cette sensation de froid que j’avais. Ce n’était pas dû à la température de la serre, c’était simplement un souvenir venant de l’intérieur et me gelant sur place. Je lui dis en lui tendant sa robe « C’est gentil mais ça, ça n’a rien à voir. Ce n’est pas parce que … cette chose m’a sucé le sang que je suis invalide. » En plus, lui qui était totalement torse nu sous mes yeux, devais en avoir plus besoin que moi. J’ajoutai « Et puis ne le prend pas mal, mais si Kyle savait qu’il y a un type torse nu devant moi, et que je porte sa robe de sorcier, je ne pense pas qu’il apprécierait. » S’il connaissait si bien Kyle et qu’il ne voulait pas lui créer d’ennuis ou l’énerver, il devrait savoir que cette situation l’embêterait plus qu’autre chose. Surtout que si quelqu’un nous voyait, j’aurai encore droit à de nouvelles rumeurs comme quoi je suis bel et bien une croqueuse d’homme.

D’ailleurs, cela ferait beaucoup plus de bruit si quelqu’un avait l‘idée de dire que je trompais Kyle : le coureur de jupons, qui s’était pourtant abstenu avec sa nouvelle conquête, est cocu. Ca serait vraiment horrible comme situation. Lorsque je vis que l’averse s’était enfin arrêtée, je parti chercher mes affaires que j’avais laissé dans la salle de cours et revins dans la serre. Il n’avait toujours pas remit sa robe, ça en devenait trop embarrassant. Je rougis de nouveau et pris un air contrarié « Je sais bien qu’il fait un peu chaud, mais ce serait vraiment préférable que tu t’habilles. Sinon, merci pour les soins, et puis l’aide aussi. » Je restai plantée devant lui, tremblant encore et toujours et serrant mes livres contre moi. J’aurai voulu lui rendre un service quelconque pour ne pas avoir de dette envers lui ; avec les Serpentard, n’importe quel service était directement accompagné d’une reconnaissance éternelle, si ce n’était pas plus. Mais lui proposer mon aide alors que je ne savais pas faire plus de choses que lui, c’était assez stupide. S’il avait besoin de moi, il me le dirait n’est-ce pas ? De toutes manières il ne semblait pas vraiment du genre à demander de l’aide lorsqu’il en avait besoin.

Je partis enfin de la serre, avec une démarche pressée. Je décidai de passer par derrière, non loin de la forêt interdite pout accéder plus rapidement à la tour Gryffondor, et donc à ma salle commune. Je disposais d’un petit quart d’heure de libre avant mon prochain cours, et je voulais me débarrasser de certains livres qui ne me servaient plus pour le reste de la journée. Je vis alors, cachée dans des buissons vers l’entrée de la forêt interdite, une tâche rouge. Un animal mort ? Je ne voyais que du sang, cette couleur était pour moi trop repérable, je détestais l’apercevoir, même de loin. Je décidai de m’approcher pour voir si ce n’était qu’une tâche, un animal, ou si quelqu’un avait été attaqué. Je découvrais alors un lapin, dévoré et déchiqueté de toutes parts. Je mis ma main sur ma bouche pour m’empêcher de vomir. Qu’est-ce qui avait bien pu l’attaquer ? Je me rendis compte que, contrairement à ce que je pensais, la dépouille du rongeur n’était pas si proche de l’entrée de la forêt que je ne l’avais cru. Mais un minuscule rayon de soleil éclairait le sang dégoulinant encore de la petit bête, le faisait briller comme un rubis. Ca me tapait vraiment à l’œil, j’avais horreur de cette couleur particulière que j’arrivais à reconnaître avec n’importe quel autre rouge artificiel.

J’entendais le vent derrière moi faire chuchoter les arbres de la forêt, comme s’ils avaient eux aussi leurs propres ragots. C’était un comble : même les arbres rependaient des rumeurs sur moi ?? Malgré le chant joyeux des oiseaux qui étaient hors de cette forêt, le souffle du vent était terriblement inquiétant ; il ressemblait à celui d’un humain, ou de quelque chose qui y ressemblait. J’avais l’impression de voir apparaître au fil des secondes des pairs d’yeux qui m’observaient, puis des sortes de dents. Je décidai de partir le plus vite possible, mais arrivée juste devant le dernier arbre, j’entendis comme des voix m’appelant, me demandant de rester. Je ne fus qu’obligée, sous le charme de ces voix, de me retourner et partir lentement dans l’obscurité de la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fitz L. Loinvoyant
A tiger at the heart of the snakes

♣ Credit : Obsession 27
♣ Parchemins Enregistrés : 232
♣ Where are you ? : Somewhere
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : Lumos - Potion d'énergie
♣ Character Age : 17


« BEHIND THE MASK »
● Profession: Elève
● Appartenance: – Good Side
● Carnet Relationnel:

MessageSujet: Re: « Ils n’y a pas que les plantes qui s’arrosent … les bonnes nouvelles aussi ! » {Winry}   Dim 25 Juil - 10:28

Je ne comprenais que trop bien, à cet instant, ce que pouvaient ressentir les médicomages devant se charger de patients récalcitrants. Et c’est sans la moindre hésitation que je confirmai ma volonté de ne pas faire ce genre de métier. Bien que la connaissance nécessaire à le devenir était alléchante, je ne pourrai supporter ce genre de sorcier qui fuyaient à la moindre occasion de soin. Elle n’avait pas fuit, elle s’était laissée faire, mais l’idée de se reposer et de se remettre d’un traumatisme manifestement psychologique (je doutais qu’une telle sangsues puisse produire des sueurs froides en si peu de temps d’action) lui était manifestement insupportable.

Elle fit mention d’une certaine invalidité. Si par cela, elle entendait trouble psychologique du à un évènement qui, sous la forme de la succion de son sang par la créature se réveillait en elle, elle prenait son traumatisme trop au sérieux. Il fallait vraiment qu’elle s’en libère, au risque de devoir le subir toute sa vie. Néanmoins, depuis tout à l’heure, je m’étendais sur des hypothèses qu’aucun fait avéré sauf ce froid inexplicable à première vue ne venait éclairer.

Elle m’indiqua alors que Kyle risquait de mal prendre qu’un type torse nu se présente devant sa copine et lui prêta sa robe de sorcier. J’eus un rire intérieur. Oui, Kyle pourrait tuer ce type sur le champ, je n’en doutais absolument pas. Cependant, il me connaissait aussi bien que je le connaissais, et il savait d’une part que les relations à seul but de se procurer du plaisir charnel n’étaient pas mon truc, qui plus est lorsque le partenaire de ce plaisir était la copine d’un ami. Je devais être un des rares Serpentard de l’école qui avait des valeurs … et quelles valeurs !

« En effet, Kyle pourrait facilement monter sur ses grands chevaux … excepté si le mec qui se tenait devant sa petite amie, aussi torse nu soit-il, l’eut fait dans le but d’aider son amie et n’eut aucune volonté malsaine dans ses actes … de plus … s’il s’agit de moi, je pense … » Dis-je en un murmure parfaitement audible.

Elle partit, visiblement effrayée par la situation et les rumeurs qui pourraient en découler. Ah … dure existence que celle de l’étudiant interné : si soumis aux commérages et potins croustillants, aussi rapides que meurtrier pour l’intégrité et la réputation …Je demeurai dans mes pensées un instant avant de me redresser pour faire disparaître le fauteuil et la trace noire, derniers reliefs de l’existence d’une sangsue. J’étais en train d’écrire un petit mot à l’encontre du professeur pour lui signaler le risque de présence des bestioles quand la demoiselle fit son retour.

Elle me fit remarquer que bien qu’il fasse chaud, il l’arrangerait que je me vêtisse. Elle enchaîna par des remerciements pour les soins et l’aide que je lui avait apporté. Je redressai la tête, assez surpris qu’on me remerciât pour quelque chose que je pensais être l’acte naturelle et normal de quiconque s’étant trouvé dans une situation similaire. Je remarquai qu’elle tremblait toujours tandis que je ne répondais rien. Ainsi qu’elle avait ôté ma cape de ses épaules, cape qui trainait maintenant sur le sol puisque j’avais fait disparaître le fauteuil.

« De rien » Répondis-je alors, du plus haut niveau de sincérité, de franchise et de simplicité du monde.

L’automne faisait bien son travail, remarquai-je en sortant à mon tour de la serre, fermant la porte derrière moi. Les arbres les plus jeunes commençaient à peine à voir leur feuille rougir et le soleil déjà s’en allait se reposer sur le tapis vert de la cime des arbres de la foret interdite qui semblait s’étendre loin au-delà de l’horizon. Il m’était déjà venu à l’idée de voir jusqu’où elle s’étendait, une nuit, mais je doutais d’avoir parcouru la moitié quand il m’avait fallu rentrer pour ne pas être en retard au premier cours de ma journée. L’esprit remplit de douces réminiscences évoquant mes ballades nocturnes, je contournai la serre dans l’objectif de rentrer malheureusement m’enfermer dans un château avec mes congénères, ces serpents décérébrés. Plus j’avançais, et moi j’avais envie d’y arriver.

Le vent qui se levait m’apportait les odeur d’un cadavre de lapin fraichement déchiqueté. Je reconnu là-dedans le peu de soin d’un animal sauvage, sans doute un loup où une autres bestioles de ce genre. Moi-même, en temps que tigre, je prenais toujours soin de dissimuler mes repas quand il restait de la viande, ou bien, mon esprit humain offrait une sépulture décente à l’animal qui avait malheureusement rempli son rôle dans la chaine alimentaire. Quoiqu’il en soit, cette odeur m’allécha quelque peu, bien que je su qu’il ne s’agissait que de gourmandise. J’essayai de résister en continuant ma route.

La cape que je portais comme une serviette sur mon épaule droite manqua de s’envoler sous l’effet du vent. En la rattrapant, je me retournais vivement. C’est alors que je vis, au loin, une jeune demoiselle se diriger droit vers la Forêt Interdite. Presque dans le même instant, je perçu une odeur effrayante. Un Quintaped. Une créature ressemblant à un crabe, mais poilu comme un singe, doté de cinq pattes griffues. Une créature extrêmement dangereuse avec un goût prononcé, frénétique, pour la chair humaine … Winry !

Spoiler:
 

Je laisse ma cape retomber sur le sol, la peur au ventre. Elle va se faire descendre. Je me mets à courir, plus vite que jamais tandis que sa silhouette s’éloigne encore vers la gueule béante du danger. Je le sens, caché dans un buisson, à quelques mètres d’elle. Je sprint, plus rapide que l’éclair. Dans un saut, un flash orangé. Mes pattes avant tombent sur le sol. Je suis propulsé par mes pattes arrière dans la seconde qui suit. Un rugissement furieux sort de ma gueule aux lèvres retroussées, découvrant deux rangés de dents blanches et aiguisées comme des lames de rasoir.

Je me jette devant Winry, grondant à l’encontre du buisson, pas bien loin de la carcasse de lapin. L’arbuste se mit à frémir, la créature sentant l’approche de la chair humaine. Je lève mon regard vers Winry et la menace pour la faire reculer. Mais c’est trop tard. Un trait marron jaillit soudain du sous-bois et j’engage la bataille. Griffes, crocs, pattes et sang, tout n’est qu’un tumulte de coups, tout est permit, c’est une tornade de violence qui m’entraine. Je reçois une belle estafilade sur le torse tandis que je brise une patte de mon ennemi. Je l’entends gémir, mais sa fureur guerrière n’en est pas diminuée. Je manque de me faire éborgner. Il me mord une patte et je l’expédie contre un arbre. Il est sonné, et c’est le glas de la mord qui résonne déjà dans son esprit. D’un grondement, je saute sur l’animal et le perfore de mes griffes.

C’est terminé. Je souffle, chaque inspiration me lacère mon flanc. J’ai mal, la plaie doit être profonde, mais plus douloureuse que dangereuse. Mon pelage se tache de sang autour de la coupure mais pour le moment, je respire, je reprends mon air. Dans le même temps, j’observe la demoiselle pour lui ordonner de mon regard de tueur de partir très vite. Si elle essaye de s’approcher, je gronde plus fort pour l’en dissuader. Il faut, absolument, qu’elle comprenne. J’avance alors lentement vers elle, boitillant sur ma patte mordue. Elle recule, je ne lui laisse pas le choix, jusqu’à la lisière de la forêt interdite. Les Quitapeds se déplacent généralement en meute. Une chance que nous soyons tombé sur un chasseur solitaire …

Dès qu’elle commence à repartir vers le château, je m’enfonce dans un grand buisson et je reprends forme humaine. Le sang dégouline de ma blessure qu’il en aurait fait tomber dans les pommes bien des personnes. Je reste calme, sachant que l’angoisse accélère le rythme cardiaque. Je réitère les soins, de la même façon que j’avais procédé pour soigner Winry. Je mets plus de temps, ici, et la longue griffure qui me traversait le torse du pectoral droit au début du bassin n’est plus qu’un mauvais souvenir …

*

Quand je sortis de la forêt, je présentais un beau bleu sur l’avant bras et mon torse avait encore une teinte un peu rouge à l’endroit de mon ancienne blessure, mais rien de bien grave, ça disparaîtrait vite. J’allais récupérer ma cape et l’enfilais, le manque de sang me donnant froid. Cette fois, je n’avais plus le choix : direction le château, et une bonne nuit de sommeil.

En rentrant, je trouvais Winry sur mon chemin. Je pris un air volontairement soulagé.

« Oh ! Winry ! Ca va ? J’ai cru te voir filer dans la forêt il y a quelques minutes ! Tu n’as rien ? Aller viens, on rentre au château, la nuit tombe … » Fis-je …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Winry Lamperouge


♣ Parchemins Enregistrés : 99
♣ Where are you ? : Somewhere you won't find me
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : Rictusempra
♣ Character Age : 17 yo


MessageSujet: Re: « Ils n’y a pas que les plantes qui s’arrosent … les bonnes nouvelles aussi ! » {Winry}   Mar 27 Juil - 8:08

    Je m’enfonçais de plus en plus loin dans la forêt, j’avais très peur, mais ces chuchotements me faisaient avancer contre mon gré ; devenant menaçants au fil de mes pas et insistant pour que je me dépêche. Ces chuchotements se transformèrent progressivement en grognements, je voulais partir mais je n’y arrivais pas. Je vis un éclair orange surgir de derrière moi, un rugissement retentit ; « Ca y est, c’est fini. » pensais-je. Un tigre apparu alors devant moi, mais il préféra s’en prendre à un buisson devant nous. Le buisson commença à bouger, il y avait une créature caché. Le tigre se retourna et me grogna après, apparemment il chassait. Je préférai me reculer pour ne pas l’énerver, après tout, il a bien le droit de manger ? Mais apparemment, ce n’était pas pour la chair que le félin était décidé à chasser la bête derrière le buisson. Je vis sortir une énorme araignée poilu 5 pattes. J’avais déjà vu ce truc quelque part… C’était malheureusement pour moi le prochain chapitre que nous allions étudier en cours de soin (ou pas) aux créatures magiques (et surtout dangereuses). Je ne savais donc pas du tout quoi faire devant ce quintaped, et en particuliers devant le combat qui commença violemment sous mes yeux.

    C’était un spectacle affreusement impressionnant mais aussi effrayant. Les deux créatures se battaient avec agressivité, ni l’un, ni l’autre ne voulait perdre, au risque de mourir. Les deux se mirent dans un sale état, mais se fut le tigre qui l’emporta. J’étais vraiment réjouie, car si ça avait été le quitaped, je n’aurais pas pu m’en sortir. Je voulais m’approcher de lui pour au moins le soigner en remerciement. Même si tout ce sang partout me dégoutait, je tenais à lui montrer ma gratitude. Le tigre, qui respirait très mal à cause de ses blessures, se retourna alors vers moi et me lança un regard menaçant. Il voulait que je parte, peut-être par honte de ses blessures ou à cause de sa vulnérabilité ? Mais je ne bougeais pas ; il commença alors à s’avancer lentement vers moi, toujours avec son air froid. Je décidai de reculer pour partir, mais je m’arrêtai en me relevant et lui dis doucement « Merci. » avec un sourire. Il semblait avoir comprit même s’il fit comme s’il n’en prenait pas compte, ou s’il n’avait pas entendu.

    Je partis cette fois pour de bon, la lumière m’aveugla presque, la forêt était si sombre qu’il y faisait nuit, et le contraste de lumière était vraiment important. Je décidai d’aller vite jusqu’à ma salle commune, j’avais perdu du temps avec tout ça. Sur le chemin, je me retournai après avoir entendu des pas derrière moi : c’était Fitz. « Oh ! Winry ! Ca va ? J’ai cru te voir filer dans la forêt il y a quelques minutes ! Tu n’as rien ? Aller viens, on rentre au château, la nuit tombe … » Je ne dis rien, je le regardais simplement avec un air d’incompréhension. C’était un Serpentard mais il avait l’âme d’un Serdaigle. En rentrant au château je le regardais avec intérêt. Il avait une trace sur le torse qu’il n’avait pas tout à l’heure. Je décidai de prendre la parole. « J’ai été attirée dans la forêt interdite par une bête. Elle avait l’intention de me dévorer quand un tigre est arrivé et m’a secouru. Tu savais qu’il y avait des tigres dans la forêt interdite ? » Je n’attendis pas sa réponse. Je m’en fichais complètement, j’avais de gros doutes quant à son alibi. Comment avait-il pu me voir entrer dans la forêt interdite sans essayer de m’en empêcher puisque ses intentions étaient bonnes, et que visiblement il était un ami de Kyle ? Si c’était pour appeler du renfort, il devrait être avec un professeur maintenant ou alors je ne l’aurai pas encore croisé ici.

    « C’est bizarre pourtant, les tigres ne vivent pas en Grande Bretagne ! Ils ne se trouvent qu’en Asie normalement. Tu penses qu’il appartient à un sorcier ? » Si jamais c’était le cas, qui pourrait-être ce sorcier ? Et pourquoi n’avait-il pas été encore vu dans le château, ou signalé aux autres élèves ? Même, les tigres ne sont pas admis à Poudlard, autant autoriser les dragons ou les basilics… (Même si le Seigneur des Ténèbres en avait un, il était clandestin) Je continuais « Et puis tu sais, il était dans un sale état quand je suis partie. Je voulais l’aider un peu mais il m’a forcé à partir, sinon il m’attaquait. Il avait d’énormes blessures sur les pattes… Et le torse. Comme toi là. C’est pas du sang que t’as ?» Je croisais les bras et le regardais avec méfiance. C’était obligé que ce gars était aussi le tigre, sinon j’étais vraiment une imbécile heureuse. Je le fixais toujours en attente d’une réponse. Il avait un air à la fois gêné et en colère. Il était vraiment trop louche pour un Serpentard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fitz L. Loinvoyant
A tiger at the heart of the snakes

♣ Credit : Obsession 27
♣ Parchemins Enregistrés : 232
♣ Where are you ? : Somewhere
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : Lumos - Potion d'énergie
♣ Character Age : 17


« BEHIND THE MASK »
● Profession: Elève
● Appartenance: – Good Side
● Carnet Relationnel:

MessageSujet: Re: « Ils n’y a pas que les plantes qui s’arrosent … les bonnes nouvelles aussi ! » {Winry}   Jeu 29 Juil - 7:20

« Je me suis battu avec deux-trois gars qui passaient dans le coin. L’un d’entre eux à tenté le Sectumsempra, mais il ne savait manifestement pas s’en servir. Ce qui ma vaut cette trace. Et mon empêchement de pouvoir te dissuader de courir vers la forêt. Tourner le dos à des sorciers qui cherchent querelle n’est jamais bon … » mentis-je avec conviction.

Une fois de plus, j’en étais réduit à de telles extrémités. Je ne pouvais la mettre en danger en lui révélant une part de mes secrets, l’idée même qu’elle subisse la question m’était insupportable, de même que je pensais que Kyle m’étriperait sur le champ s’il apprenait que j’avais délibérément mis en danger sa demoiselle de la sorte. Aussi affichai-je un air convaincu sans remise en doute possible.

« Quant au tigre, je suggère qu’il s’agit d’un animal magique ? Il peut arriver qu’on retrouve des animaux insolites parce que la magie les y pousse. Si chaque être sur Terre a un devoir à accomplir, cela concerne aussi les animaux, tu ne crois pas ? En tout cas, remercie le ciel qu’il te sois venu en aide … et ne vas pas t’imaginer que j’y suis pour quelque chose dans cette histoire. J’aimerai beaucoup être un animagus, mais je doute fort de pouvoir me mesurer à une bête de la Forêt Interdite. Ca serait pourtant très cool d’en être capable ! »

Il fallait rentrer maintenant. La nuit tombait progressivement sur le monde, répandant son voile d’obscurité à la lisière de la forêt, une lune pâle, plutôt grisâtre qu’argenté s’éveillait peu à peu au-delà des nuages qui parsemaient le ciel. La tête me tournait un peu, je manquais de sang. J’avais besoin de retourner au dortoir et de me plonger dans un sommeil réparateur, quelques potions récupératrices à l’appui.

J’avais besoin de croiser Loréna, de me perdre dans ses prunelles dorées, persuadé que cela même plutôt que les innombrables breuvages immondes que je devrais avaler pourrait me guérir et chasser ma douleur avec plus de puissante que toute autre chose au monde. J’avais envie de retrouver sa chaleur, de la prendre dans mes bras, de m’envoler un instant vers un autre monde, un univers où il n’y avait qu’elle et moi plongés dans un bonheur sans fin. Une trêve passagère, comme à chaque embrassade que nous partagions, qui donnait à la vie la dignité d’être vécue.

« Ne t’inquiète pas pour moi … j’ai crus te montrer que soigner les blessures, c’était mon rayon, n’est-ce pas ? Et pas l’invocation de tigre ! » Plaisantai-je. « Sur ce, c’est ici que nous nous séparons. Les cachots froids et humides sont en bas, les Gryffondors placés en hautes estimes des grandes tours. Bonne soirée ! »

Je pris congé d’elle et me cachai discrètement derrière une irrégularité du mur. Dès qu’elle se fut retournée, je murmurais un sortilège de confusion, pour lui embrouiller l’esprit afin qu’elle ne puisse plus établir de liens entre moi et le tigre. C’était dans son intérêt, au cas d’un interrogatoire avec les mangemorts. Je n’avais pu me résoudre à utiliser le sort d’amnésie. Je ne m’en étais servis qu’une seule fois et je l’avais regretté fortement en constatant ses effets. Et puis, les souvenirs, c’est précieux …

Je rejoignais donc la salle commune des Serpentard, plein de remords qui ne parvenaient toutefois pas à enrayer ma sombre détermination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Ils n’y a pas que les plantes qui s’arrosent … les bonnes nouvelles aussi ! » {Winry}   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Ils n’y a pas que les plantes qui s’arrosent … les bonnes nouvelles aussi ! » {Winry}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Hogwarts Decadence † :: OUT OF THE GAME :: HOGWARTS OUTSIDE :: • Les parcs&jardins :: » serres de botanique-