what are you looking for ?
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
« Des recherches bien menées soulèvent toujours plus de questions que de réponses … » {Dante}



Partagez | 
 

 « Des recherches bien menées soulèvent toujours plus de questions que de réponses … » {Dante}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Fitz L. Loinvoyant
A tiger at the heart of the snakes

♣ Credit : Obsession 27
♣ Parchemins Enregistrés : 232
♣ Where are you ? : Somewhere
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : Lumos - Potion d'énergie
♣ Character Age : 17


« BEHIND THE MASK »
● Profession: Elève
● Appartenance: – Good Side
● Carnet Relationnel:

MessageSujet: « Des recherches bien menées soulèvent toujours plus de questions que de réponses … » {Dante}    Sam 24 Juil - 7:13

Ma mission était ridicule de simplicité quand j’y repensais. Vivaldi avait été très rapide, me la conférant presque entre deux portes tandis qu’une réunion de la Confrérie se terminait et que le bruit des chaises raclant le sol et des conversations adolescentes qui reprenaient illico presto nous isolaient du reste du monde quelques précieuses secondes. Les termes étaient simples et correspondait parfaitement à ce que j’étais capable de faire sans le moindre mal. Parfois, il m’arrivait de me dire que finalement, mon père avait bien fait de m’apprendre à être un Mangemort : de fait, je pouvais avec un délice cruel retourner ses enseignements contre lui et tout les sorciers de son genre.

J’avais accepté d’un de ses hochements de tête où je me passais de mots pour dire que j’avais compris. Espionner le nouveau prof de Soin aux Créatures magiques, garde-chasse de Poudlard, et saisir le plus d’informations sur lui, en commençant par la question cruciale : était-il un mangemort ? En plus d’être assez évidente, cette mission comportait sa part d’intérêt. Pour une fois que cela ne consistait pas à suivre untel de Serpentard, ce qui revenait à supporter pendant une journée entière, sinon davantage, les papotages adolescents puérils qui aboutissaient à la conclusion suivante: c’est effectivement un néo-Mangemort, Vivaldi, et je doute qu’il soit, par voie de conséquence, de notre côté.

Sitôt mon objectif compris, je me suis mis au travail, concoctant un de ses fameux breuvages dont on trouvait la recette plutôt parmi les noirs ouvrages de la Reserve de la Bibliothèque mais que j’avais la chance d’avoir en tête, ou consignée dans un petit carnet à la reliure de cuir que, conscient des souvenirs des leçons en tête-à-tête avec mon paternel qu’il renfermait, je n’ouvrais pratiquement jamais. Ainsi, quand j’ajoutai le dernier ingrédient dans la mixture, caché au sein d’une cabine des toilettes condamnées du deuxième étage, et que je vis la potion prendre une teinte parfaitement translucide, je su que tout était prêt.

Je prélevais une fiole du liquide encore chaud et envoyait le reste dans les trois autres récipients vides que je possédais d’un coup de baguette, l’excédent du breuvage s’évanouissant avec le chaudron. Je bu. Et tout à coup, je fus invisible. Et c’est ainsi que je menais à bien ma mission, dissimulé dans l’obscurité. L’inconvénient de cette potion n’était autre que le champ visuel distordu qu’elle conférait, et même s’il s’atténuait avec une poignée d’yeux de mandragore, il restait assez handicapant. Cependant, l’entrainement paternel et les coups que je recevais quand j’échouais m’avait mis à l’épreuve de ces effets secondaires.

*

Je rentrais au QG en m’efforçant de mettre de l’ordre dans mes pensées. Oui, Razvan Alastor Gallaway était un Mangemort, et pas des moindre dans le classement des favoris du Dark Lord. Non, son comportement à la limite du misanthropisme n’était pas significatif d’une sombre tâche en préparation. Par contre, le jour où je l’avais observé, j’avais du supporter ses galipettes sous la couette en compagnie d’une élève de Serpentard que la réputation « sulfureuse » précédait : Malucée Nobody-Lestrange. Il s’était avéré que le Mangemort devait plus ou moins garder un œil sur la demoiselle et, à en voir leur gymnastique régulière, ça ne devait pas trop lui poser de problème. La question que soulevais la conclusion de ma mission était : Qui était cette Malucée pour que le Seigneur des Ténèbres la fasse surveiller ? Une Lestrange, du moins en partie, certes, mais cela ne suffisait pas selon moi …

Je grimpai un à un les étages. Les questions affluaient dans mon esprit mais, fatigué de ma longue journée d’observation et de la semaine qu’il m’avait fallu pour recueillir ingrédient de la potion d’invisibilité et informations complémentaires sur le prof de soin aux créatures magiques, option que je ne suivais pas, je ne m’occupais pas d’y trouver des réponses … pour l’instant. D’autant plus que je ne pouvais m’étendre en de sombres élucubrations tandis que je n’avais aucun éléments pour construire quelque chose de réaliste et cohérent. Le monde fabuleux des hypothèses ne me semblait en aucun cas rigoureux. Seuls les faits pouvaient être problématisés. Et les questions qui naissaient en cascade dans mes songes étaient pratiquement dépourvues de faits avérés.

C’est l’esprit sans doute un peu assombri que j’atteignis le quatrième étage et me dirigeai vers l’entrée secrète du QG de la Confrérie. Dans le couloir dissimulé qui était désert à cette heure plutôt avancée de la nuit, je pointais ma baguette sur moi et, après avoir fait surgir du néant une cape et un jean sur mon corps, je murmurais quelques formules pour cesser l’effet de la potion. Je retrouvais alors mes couleurs et la perfection de ma vue. C’était un soulagement que de pouvoir à nouveau distinguer correctement formes et matières. Je mit toutefois un instant à m’y refaire, et entrait alors dans le QG en pensant pourtant qu’il était tout aussi vide que le couloir.

Je sentis sur mon torse mis à nu le passage du froid de l’extérieur à la chaleur plutôt coquette de l’intérieur. Avançant vers la grande table où se tenait les réunions, j’y pointai ma baguette pour faire surgir un parchemin sur lequel s’inscrivit le compte-rendu de ma mission. J’ensorcelai le papier de façon à ce qu’il ne soit lisible que par quiconque connaîtrait le mot de passe, une idée que j’avais dans l’idée de souffler à Vivaldi pour la rendre commune à la Confrérie : laisser trainer des informations sur des parchemins sans sécurité pouvait s’avérer très dangereux.

C’est alors que je sentis que je n’étais plus seul dans la pièce. Conscient de m’être fié à ma nyctalopie, j’allumai vivement quelques bougies sur la table, histoire de faire un peu de lumière …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Dante Corino
Memento Mori

♣ Credit : Mimi
♣ Parchemins Enregistrés : 104
♣ Where are you ? : certainement en traque...
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : Cave Inimicum
♣ Character Age : 20


« BEHIND THE MASK »
● Profession:
● Appartenance: – Good Side
● Carnet Relationnel:

MessageSujet: Re: « Des recherches bien menées soulèvent toujours plus de questions que de réponses … » {Dante}    Mar 27 Juil - 4:47

Une nouvelle aube naissait et les résolutions prises par le jeune Serdaigle l'avant veille n'avait pas varié d'un pouce. Vivaldi était bizarrement la voix de la raison, lui le Serpentard, mais Vivaldi n'était pas prêt... pas comme lui l'était, le serpent semblait avoir tout perdu mais pas encore la volonté d'être l'homme qu'il souhaitait devenir, il avait encore cet espoir, celui de s'élever au dessus de ce que le destin lui avait réservé à l'origine. Il n'acceptait pas de "s'abaisser" à utiliser les méthodes du mage noir pour le combattre, il souhaitait garder une certaine noblesse d'âme et peut être tenir une promesse faite plusieurs années auparavant que pouvait bien en savoir Dante... Lui au contraire avait définitivement fait un trait sur ce type d'ambition, l'absolution n'était plus de mise, il était désormais prêt à donner libre court à sa nature profonde... utiliser tous les moyens à sa disposition pour faire chuter Lord noir et descendance... du-t-il pour ce faire être damné et honni par tous pour les années à venir il deviendrait le fléau du mage noir... alors il serait le mal nécessaire à la fin de la tyrannie, un mal par lequel il en était persuadé ils allaient devoir passer pour venir à bout des mangemorts et de leurs chefs... celui qui pensait que la victoire pouvait venir en combattant avec bienveillance et en respectant les règles de la bienséance était soit un imbécile soit un naïf et dans le monde actuel ces deux défauts étaient bien souvent synonyme de mort et de défaite... dans le meilleur des cas... Il fallait être aussi dur et impitoyable que le Lord Noir pour en venir à bout et lui faire sentir enfin le gout de la défaite et instiller la peur dans les veines de ses sujets... Le temps des demi mesures était révolu, que Vivaldi continue de se voiler la face Dante avait prit sa décision, si le Serpentard persévérait dans son entêtement naïf, il faudrait agir sans lui et peut être former une cellule plus dure au sein même de la Confrérie.

Toute la nuit son esprit avait échafaudé des plans et des discours afin de trouver le moyen d'arriver à ses fins, "se donner les moyens de ses ambitions" ça avait été une des phrases favorite de feu Jessica Corino et Dante comptait bien la faire sienne. Il se levait donc aussi fatigué qu'il s'était couché, son cerveau ayant tourner à plein régime toute la nuit, ses cernes se voyaient de plus en plus chaque jour, bientôt il paraitrait aussi maquillé que Vivaldi si ça continuait... cela le fit rire alors qu'il observait son reflet dans la glace... l'aube était son moment, sa période la journée, celle à laquelle il pouvait aller et venir sans encombres dans les couloirs du château, les Serpentards tel l'animal qui leur servait de symbole se tenaient tapis dans l'ombre jusqu'à l'apparition du soleil où là vous pouviez les voir sortir se réchauffer sous les rayons... Mais l'aube était l'heure du corbeau, la sienne et celle d'Arès, il revêtit un costume sombre comme chaque jour et fit entrer l'oiseau pour qu'il se perche sur son épaule, le fait de ne pas l'avoir fait dès son réveil avait vexé le volatile qui de fait se tînt le croupion vers le visage de Dante et lui refusa tout signe habituel, comme le pincement de bec au creux de son cou ou encore le frottement de sa tête contre la barbe naissante du Serdaigle. Chuchotant pour ne pas éveiller ses compagnons de chambre...

- tu deviens vraiment une diva avec l'âge mon vieux va falloir te calmer sérieusement...


Ils sortirent de la pièce et arrivèrent dans la salle commune, Arès refusant toujours de se montrer le moins du monde conciliant. Dante savait qu'il avait besoin de cette seconde paire d'yeux pour pouvoir se déplacer en sécurité dans les couloirs il prit donc sur lui...

- Très bien je te présente mes excuses, j'aurais dû t'ouvrir la fenêtre à mon réveil et ne pas te faire attendre dehors comme un vulgaire hiboux, tu es un corbeau de la famille Corino, élevé dans les volières de notre manoir, la quintessence des oiseaux magiques... pour me faire pardonner je t'aurais un des rats servant de compagnon à un première année... on le fera même faisander dans un coin si tu veux...


Le corbeau laissa échapper un croassement et vînt se blottir contre le visage de son maitre avant de prendre sa place habituelle sur l'épaule de Dante la tête montée sur pivot prête à se tourner dès qu'un bruit se ferait entendre. Corino esquissa un sourire sincère et prit la direction de la salle secrète de la Confrérie, il aimait y passer du temps pour réfléchir le matin et puis ce lieu emprunt de légende et de hauts faits ne connaissait pas son pareil dans l'enceinte du château pour inspirer le jeune Serdaigle... sans compter qu'il avait toujours plus ou moins l'espoir d'y croiser Naomi, la préfète en Chef de sa Maison... Son cœur manqua un battement lorsqu'en pénétrant dans la pièce secrète il vit des bougies s'allumer d'un seul coup, se pourrait-il que la jeune femme soit là ?...

A son grand regret la silhouette qui émergea de la pénombre n'était pas celle de Naomi mais celle beaucoup moins charmante et beaucoup plus insignifiante d'un des nouveaux membres... un protégé de Vivaldi selon les souvenirs de Dante, le Serpentard lui avait vaguement parlé de ce type mais le Serdaigle n'y avait que très peu porté attention, comme à à peu près tout ce que pouvait lui dire son comparse dernièrement... Il s'isolait régulièrement dans son esprit laissant les mots de Vivaldi le traverser saisissant le sens des discours mais n'y portant pas plus d'attention que ça... Ce fut la réaction d'Arès qui intrigua Corino, habituellement dès son entrée dans la pièce, qu'il y est du monde ou non, le corbeau filait se percher sur la lustre géant qui les surplombait, mais là il se tassa sur l'épaule de son maitre se rapprochant par petits pas de son cou, comme s'il faisait face à un prédateur et recherchait la protection d'un animal plus imposant que lui...

Le regard de Dante quitta le corbeau pour se porter sur le nouveau... ce dernier semblait avoir prit ses aises en ces lieux, ceci en plus de la crainte ressentit par Arès rendait dès lors antipathique ce "frère" qu'il n'avait pas choisit...

- Tu n'es pas celui que j'espérai voir de si bonne heure... à vrai dire tu n'es pas celui que j'espère voir à n'importe quelle heure...

Il passa une main sur la tête du volatile pour le rassurer mais il pouvait sentir les sers de ce dernier s'enfoncer plus profond, lui entaillant même la chaire de l'épaule. Dante avança jusqu'à atteindre sa place à la table de réunion, il s'y installa et Arès se détendit un peu, ce siège semblait lui apporter un peu de courage...

- Pour quelle raison es-tu ici si tôt ?


Le regard de Dante avait bien saisit le parchemin étalé sur la table mais l'absence de mots inscrits dessus alors qu'une plume encrée était posée non loin lui fit penser qu'il s'agissait là d'un quelconque sortilège...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fitz L. Loinvoyant
A tiger at the heart of the snakes

♣ Credit : Obsession 27
♣ Parchemins Enregistrés : 232
♣ Where are you ? : Somewhere
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : Lumos - Potion d'énergie
♣ Character Age : 17


« BEHIND THE MASK »
● Profession: Elève
● Appartenance: – Good Side
● Carnet Relationnel:

MessageSujet: Re: « Des recherches bien menées soulèvent toujours plus de questions que de réponses … » {Dante}    Jeu 29 Juil - 6:56

Je ne saurais dire ce qui m’avais le plus surpris. Était-ce l’arrivée presque silencieuse à mes sens félins d’un des chefs de la confrérie ou l’odeur carnassière du volatil qu’il portait sur l’épaule. Rien qu’à cette senteur, je pouvais prédire avec certitude que Dante Corino venait de faire irruption dans le quartier général de la Confrérie. Ce n’était pas le seul : l’aurore également s’était permise de pénétrer par ses rayons d’or au travers la fenêtre, illuminant ainsi quelque peu l’ambiance sombre et morbide malgré les bougies que j’avais allumé à la hâte de la salle. J’étais donc ici depuis si longtemps ?

Dante était de loin le chef le plus autoritaire et craint. Si Vivaldi était pourtant un Serpentard d’apparence parce que son sang l’y avait conduit, de la même façon que moi, il n’en restait pas moins une personne plus ouverte et tolérante, selon moi, au sein même de l’organisation seulement. En dehors, il se devait de manier l’hypocrisie avec une perfection qui avait le double effet de m’impressionner et de me révulser. J’avais parfois presque l’impression qu’il se jouait de la Confrérie avec tant de sincérité devant mes infortunés comparses verdâtres qu’il partageait réellement les convictions fictives qu’il prétendait prétendre devant la galerie. Pour ma part, j’avais choisis l’isolement radical de mes indésirés camarades, ne souhaitant guère imposer ma compagnie à des gens que je n’avais pas le moins du monde envie de côtoyer … en même temps, qui aurait volontiers l’idée de fricoter avec ses prochaines victimes ? J’étais un tueur de Mangemort. Je l’étais devenu presque malgré moi, mais ce fait s’était avéré être devenu une macabre raison de vivre désormais. Mais une volonté de fer qui expliquait sans mal mon appartenance à la Confrérie.

Vivaldi était celui auquel j’étais allé me confier, une fois avoir laissé mes oreilles suffisamment trainer pour comprendre ses manigances secrètes en combinant ragots, longues observations des plus rigoureuses et déductions hypothétiques. Je lui avait presque tout dit. La manière dont mon feu mon père, célébrissime Mangemort aux méfaits malheureusement bien connus du monde de la magie, m’avait enseigné l’art de le savoir qui font d’un simple Mangemort un des favoris du Dark Lord. Légimencie, art divinatoires auxquels nous avions été sensibles dans la famille mais qu’aujourd’hui ne subsistait que quelques rêves plus ou moins prémonitoires et des intuitions qui annonçaient plus qu’elles ne prévenaient le futur, sortilèges complexes comme le Feudeymon, le secret des potions venimeuses, noires ou subtiles, les talents de l’espionnage par inversion à celui du charisme ou encore de mystérieux cours de métamophoses. La façon dont je l’avais tué, bien que j’eus omis d’expliquer qu’il avait abusé de mon corps auparavant. Mon état d’animagu naturel Tigre, et les répercussions que ma vie sauvage avaient sur mon état d’homme. De lourdes confidences qui l’avait mis en danger : les Mangemort recherchaient très surement un animagus tigre ayant pu tuer l’un des leurs, et pas des moins influents. Peut-être me surestimaient-ils un peu trop pour songer que l’assassin de Vérité Loinvoyant était probablement un sorcier accompli et non un élève de Poudlard.

J’abaissai ma baguette sans crainte, ayant identifié mon interlocuteur prochain, et me retournai lentement. Je fis alors face à un jeune homme de trois ans mon ainé qui n’avait pas l’air très joyeux de me trouver là et à un corbeau auquel je faisais un effet qui m’amusa quelque peu, intérieurement. La phrase introductive de Dante était précisément le genre de choses qui sonnaient davantage en lui comme une forme de tyrannie que d’autorité. Bien qu’il ne m’aimait pas, j’aurais aimé un peu plus de considération à mon égard. Je venais de sacrifier une journée entière et la nuit à espionner la vie morne et ennuyeuse d’un mangemort aux sombres manigances, l’apothéose fut la relation sexuelle avec une élève dont j’avais été témoin pour conclure mon rapport. Soit, je ne me pliais pas à l’autorité et Vivaldi me confiait des missions plus en me demandant si c’était dans mes cordes et mes volontés qu’il ne me les imposait. Mais je me faisais un devoir de remplir et d’exécuter à bien ce que j’acceptais. Et même si mon « travail » portait toujours une part de mystère chez ceux qui en entendait parler, nul ne pouvait nier la quasi-perfection que je m’acharnais à approcher sans cesse. Toutefois, je pris les propos de Dante sans broncher.

J’observai un instant le corbeau, son plumage noir de nuit et ses serres crispées sur l’épaule de son maître. D’un simple regard que seul la nature pouvait expliquer, je lui faisait comprendre qu’il n’avait rien à craindre de moi, que mon gibier ne comportait aucun volatil de sa race et que je préférais de loin une bonne chasse de cerf plutôt qu’un maigre poulet pour me rassasier. Ce ne dissiperait pas la peur, mais peut-être se détendrait-il un minimum et ne réduirait pas en charpie l’épaule du jeune homme qui s’était installé sur son siège dans la salle de réunion.

Il me demanda le motif de ma présence. Je ne répondis pas tout de suite, déplaçant mes yeux du corbeau au garçon qui observait le parchemin ensorcelé. Je songeais que je pouvais sans faillir à ma tâche lui présenter le compte-rendu de ma mission, malgré qu’il était à remettre en main propre à Vivaldi. Cela dit, ils étaient au même niveau de pouvoir, par conséquent, Dante serait forcément au courant de ce qu’on m’avait demandé. Vivaldi devait avoir gardé le secret de mes secrets pour ne mettre en danger personne d’autre que lui-même devant la menace d’être torturé par les mangemorts. Vivaldi bénéficiait d’une bonne appréciation de ses derniers, résultats non-insatisfaisants de son hypocrisie calculée, ce qui le protégeait quelque peu de subir la question, si question les mangemorts se risqueraient à mettre en place parmi les élèves de Poudlard pour venger l‘un des leurs... Mais les missions qu’on me confiait était peut-être l’objet de débat entre eux …

« Raison de vivre » Dis-je en pointant ma baguette sur le parchemin, révélant son contenu aux yeux du Serdaigle.

Je lui laissai le temps de le parcourir, au moins en diagonal. J’avais, comme à chaque compte-rendu ce qui commençait à faire beaucoup, utilisé un style bref, court, expéditif. Autre résultat des enseignements de mon paternel. Néanmoins, mon côté observateur et mon perfectionnisme m’obligeaient à inscrire la totalité des détails de mes vues et des démarches de mon raisonnement. J’allais alors m’installer en face de lui, séparé par la table.

« Un simple sort de dissimulation. Plus efficace qu’un cachet de cire. Plus utile pour ne rien laisser trainer par inadvertance aussi. Un rapport important devient un simple papier à jeter ainsi. » Fis-je.

A l’instant où il semblait vouloir reprendre la parole, je l’interrompais d’un geste que je ne voulais en rien d’être offensant.

« Juste, tant que je suis dans les idées : ne manquons-nous pas de cours de Défense Contre les Forces du Mal ? Il faudrait songer, peut être, à se former tous ensembles … Voilà, c’est tout. » Plaçai-je calmement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Dante Corino
Memento Mori

♣ Credit : Mimi
♣ Parchemins Enregistrés : 104
♣ Where are you ? : certainement en traque...
♣ Sortilège ‒ Potion Fétiche : Cave Inimicum
♣ Character Age : 20


« BEHIND THE MASK »
● Profession:
● Appartenance: – Good Side
● Carnet Relationnel:

MessageSujet: Re: « Des recherches bien menées soulèvent toujours plus de questions que de réponses … » {Dante}    Jeu 29 Juil - 10:46

Au moins cette recrue n'était pas stupide, et son idée de cacher son rapport via un sortilège de dissimulation le mettait un cran au dessus de beaucoup dans leur organisation. Il fallait bien avouer que pour beaucoup le simple fait de se rendre dans la salle secrète sans être suivit prenait dès lors les allures d'une expédition ou la vie et la mort étaient en jeu... ils n'avaient pas forcément tort car de fait c'était le cas, mais savoir s'émanciper de ce type de crainte devait devenir une obligation pour pouvoir être un minimum utile aux deux leaders... notamment si Dante poursuivait son idée de mettre en place une cellule plus restreinte au sein même de la Confrérie afin d'y regrouper les plus hardies de ses "frères" pour mener une guerre totale face à la direction de Poudlard et les Serpentards fidèle à leur prince d'opérette. Sa réflexion sur l'utilité d'un tel sortilège plutôt que celle plus classique de cachets de cire l'intéressa beaucoup, une idée à creuser certainement... Ceci dit reconnaitre un intérêt quelconque face à un "frère" dont il ne savait rien et dont Arès semblait se méfier était une toute autre affaire, un pas à franchir que Dante n'était pas prêt à faire...

Lorsque le contenu du rapport apparu sur le parchemin, Dante se plongea dans sa lecture, le style était concis et efficace, encore un bon point pour le jeune homme, s'il n'y avait eu ce secret et l'impression de Arès, les choses auraient pu être différente... Il s'agissait d'un rapport classique d'espionnage, le type de ceux qu'il devait lire chaque jour que Dieu faisait depuis sa prise de fonction... Celui-ci portait sur le nouvel enseignant de soins aux créatures magiques, les informations contenues dans le rapport étaient précises et intéressantes, il ne faisait donc aucun doute dans l'esprit de l'espion que le nouveau venu était un Mangemort, cela n'était pas nouveau, mais sa relation avec une élève de Serpentard par contre relevait de la surprise... La réputation de cette Malucée la faisait apparaitre comme "la femme de tout le monde" du moment que vous aviez le sang assez pure pour pouvoir jouir de ses charmes, mais de là à imaginer qu'elle ait eu une relation avec un enseignant était autre chose... Les Mangemorts se sentiraient-ils si invulnérables qu'ils en viendraient à laisser aller totalement leur concupiscence...? Cette information avait son importance, au delà de la simple relation dont en tout état de cause Dante n'avait cure, de toute manière il leur faudrait les éliminer tous, sombres pervers ou étudiants propres sur eux... Non l'important ici était le relâchement que semblait cristalliser ce comportement. Si les Mangemorts présents au sein de l'établissement relâchaient leur attention et n'étaient plus sur leurs gardes alors la tâche n'en serait que facilitée et la chute de Blacklaw plus prompte à venir...

Arès s'était légèrement détendu, revenant se placer à la place qui lui était coutumière c'est à dire plus au niveau de l'épaule que sur les deltoïdes de son maitre, une place beaucoup plus confortable pour Dante dont le corps à cet endroit avait prit l'habitude de la présence des sers et c'était endurcie à cette fin. Mais au moment où il voulu s'enquérir d'informations plus importantes que celles présentes dans ce rapport très bien écrits certes mais dont les informations comme la spécialités du sorcier en question ou même son rang probable au sein de l'organisation du mage noir étaient absente, Dante se vit interrompre par un geste du Serpentard. Ce type ne doutait vraiment de rien, il intimait lui, un rampant parmi tant d'autres tout juste bon à servir Vivaldi comme espion, le silence au chef de la Confrérie...? ! Néanmoins Dante écouta la réflexion de Fitz... D'accord... donc en plus de lui intimer le silence, il le prenait pour un sombre crétin... ce membre avait décidément passé beaucoup trop de temps sous terre ou en compagnie de Vivaldi... voir un cumul des deux... Mais le sarcasme n'était pas plus dans le panel d'envie de Dante en cette matinée que le fait de rencontrer Fitz ne l'avait été en arrivant dans la salle. Il caressa donc la tête de Arès avant de répondre à "l'idée de génie" du Serpentard...

- Je te remercie de penser autant pour nous Fitz... c'est ça ?... enfin bref, ne t'inquiète pas pour les cours de défense contre les forces du mal... Je ne sais pas ce qu'à pu t'apprendre mon estimé collègue Vivaldi, mais je suis d'ores et déjà en train de m'occuper de ce type de chose... Et si tout se déroule comme j'ai pu le prévoir jusqu'à maintenant, la défense contre les forces du mal ne sera plus notre soucis... esquissant un sourire carnassier il continua... Mais la défense contre la magie rituelle deviendra le soucis des Mangemorts de Poudlard...

Arès quitta son épaule pour rejoindre son perchoir sur le lustre, ce comportement du volatile incita Dante à revoir un peu son jugement sur Loinvoyant, après tout son rapport même s'il ne comportait pas les informations qu'il aurait voulu y voir était certainement ce que lui avait demandé Vivaldi et il ne pouvait dès lors pas condamner l'espion pour l'incompétence de son supérieur, il n'avait sans doute qu'obéis aux ordres... et tout autant que ce n'était pas sa faute, il ne pouvait non plus lui reprocher de ne pas être Naomi non plus... il fallait raison garder par moment. Il se détendit donc un peu plus, s'affaissant très légèrement dans son fauteuil. Le moment était venu de lier connaissance avec ce "frère" finalement...

- Pour revenir sur ce rapport... ton style est très bon mais ce n'est pas ce que j'attends lorsque vous partez en espionnage, toutes ces informations sont intéressantes certes mais totalement inutiles dans le cas présent... Il se pencha sur la table... Non ce que je veux savoir ce sont les failles, les points faibles de ces types, nous ne pourrons les vaincre simplement en sachant qu'ils couchent avec des élèves, je veux savoir qu'elle est la magie dont ils sont maitres, quel est leur rang par rapport au mage noir... S'il sont friand d'une boisson en particulier et si c'est la cas où se fournissent-ils, pour que nous puissions y glisser un poison, s'il est possible de les manipuler grâce à une quelconque dépendance de leur part... C'est ce type d'information dont j'ai besoin ! le temps de l'attente et de l'observation, touche à sa fin, le temps du combat et de la guerre ouverte va lui succéder et si nous voulons vaincre il va falloir changer nos manières de procéder... il se recula de nouveau dans le confortable fauteuil... Même si certains ne semblent pas être encore prêt pour agir comme il se doit afin de gagner une guerre...

Par la même il faisait ouvertement allusion à Vivaldi mais cela n'avait pas de raison d'être évoqué devant une de ses recrues... il changea donc de registre et détourna la discussion sur un autre sujet qui l'intriguait tout autant.

- Mais j'aimerai d'abord que tu m'expliques pour quelle raison mon corbeau a semblé te craindre lorsque je suis arrivé, je ne l'ai vue qu'une fois avoir peur de la sorte et c'était lors d'une visite au zoo avec feu ma grand mère, les grands fauves l'avait mis dans un état proche de celui qu'il avait tout à l'heure...


Il leva les yeux vers Arès qui nettoyait son plumage à plusieurs mètres au dessus de leurs têtes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Des recherches bien menées soulèvent toujours plus de questions que de réponses … » {Dante}    

Revenir en haut Aller en bas
 

« Des recherches bien menées soulèvent toujours plus de questions que de réponses … » {Dante}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Hogwarts Decadence † :: OUT OF THE GAME :: HOGWARTS INSIDE :: • quatrième étage :: » QG de la Confrérie (passage secret)-